Enfant je passais des heures à admirer l’évolution gracieuse des poissons dans l’aquarium familial. Les voir se mouvoir en silence – ou presque car le système d’oxygénation de l’eau faisait un léger bruit – était tout à la fois relaxant et captivant. J’aimais particulièrement les petits tétranéons avec leur ligne bleu fluorescente, mais aussi le combattant qui se battait contre le reflet de son image dans la vitre, les gupis rouges ou noirs, les scalaires plats, le poisson nettoyeur avec ses longues moustaches, et d’autres dont j’ai oublié le nom comme ces poissons “abeilles” aux rayures jaunes et noires. C’était le “monde du silence” du commandant Jacques Yves Coustaud en modèle réduit. Un moment particulièrement inéressant était la naissance des petits poissons. Il fallait alors isoler la mère dans un aquarium plus petit doté d’un entonnoir en verre. les petits alevins plus lourds que l’eau tombaient au fond de l’entonnoir et se trouvaient ainsi isolés de leur mère qui les aurait manger sans cela… Lorsqu’ils étaient plus grands on les réintroduisaient alors avec les autres poissons.

Dessiner les animaux est un plaisir – en fait dessiner est déjà un plaisir en soi – auquel s’ajoute le plaisir du sujet dessiné. Pour les uns ce sera le nu féminin – sensuel par nature – tandis que pour d’autres l’amour des animaux sera la motivation première pour dessiner. On peut encore aimer les paysages de montagne ou les bords de mer, ou bien encore faire des portraits. J’ai l’immensse chance de tout aimer mais j’avoue que le vivant à ma préférence. Par vivant j’entends peindre et dessiner les personnages, le corps humains et bien évidemment les animaux. Les poissons font partie de cette dernière catégorie.

Si tu me lis régulièrement, tu ne seras pas du tout surpris que je te parle de l’importance des espaces négatifs. Tu sais que c’est l’américaine Betty Edwards qui a popularisé ce concept dans son ouvrage “DESSINER GRÂCE AU CERVEAU DROIT“. La première fois que j’ai découvert cet ouvrage je vivais chez une amie dans la banlieue de Vancouver. L’ouvrage est un peu technique et le lire en Anglais pas toujours évident. “Anyways” je te le recommande: Tu seras surpris des exemples qui sont donnés à propos des autoportraits. Au début les participants ont des difficultés à se représenter et leurs dessins sont maladroits. Ensuite en  appliquant la méthode, on a l’impression en admirant leurs portraits qu’ils pratiquent le dessin depuis des années. C’est étonnant et je t’invite à essayer !

Voici donc comment dessiner un poisson. A partir d’une photo, trace les lignes autour de ton poisson. tu remarqueras que bien souvent la forme générale peut se réduire à une forme géométrique simple. Ici un triangle. J’ai coloré les espaces négatifs afin de te faire comprendre plus aisément ce qu’ils sont. Ce sera, par exemple, les interstices entre les bareeaux du dossier d’une chaise, ou les espaces résultant de l’entrelacs des branches d’un arbres. Ce peut être aussi l’espace vide entre chaque doigt d’une main posée à plat sur une feuille de papier et dont tu traces les contours. Observe la forme de chaque espace négatif, sa direction et ses proportions.

Sur ta feuille de dessin reporte dans l’ordre:

  • LE CADRE DE LA PHOTO
  • LES LIGNES DIRECTRICES AUTOUR DU CORPS DU POISSON
  • LES ESPACES NÉGATIFS (représentés en bleu)

Continue de te servir des lignes directrices pour compléter et terminer ton dessin selon le même principe des espaces négatifs (ou positifs). Dans cet exemple il faut comprendre que le poisson est constituer d’un corps statique qui se déplace mais ne change pas de forme et de nageoires en perpétuel mouvement et transformation dans la forme. Le corps sera donc dessiner avec précision mais tu peut faire preuve de plus de liberté pour exprimer les nageoires ou voiles du poisson qui évoluent au gré de ses déplacements. Je te rappelle cette notion importante:

  • Le dessin d’un objet IMMOBILE = CONTOUR NET
  • Le dessin d’un objet ou d’un corps en MOUVEMENT = CONTOUR FLOU.

 

Si ton dessin des nageoires est trop net n’hésite pas à donner des coups de gomme pour en brouiller le tracé ! Tu peux même le laisser en suspend, c’est à dire inachevé ou ouvert sur l’espace environnant.

Joue avec le grain du papier pour tracer les écailles du poisson. Un grain torchon fait des miracles si tu sais comment le caresser de la pointe de ton crayon. Petit à petit les écailles vont apparaître comme par magie. Hâte toi LENTEMENT… ne confond pas rapidité et précipitation car il n’en sortira rien de bon ! Le dessin est affaire de patience et de passion. La première résultant de la seconde. Si tu aimes ce que tu fais tu ne compteras pas tes heures mais si cela t’ennuie alors tu risque de saboter ton dessin. DESSINE TOUJOURS CE QUE TU AIMES à contrario ne dessine pas ce que tu n’aimes pas !

LE PLAISIR EST LA CLEF DU SUCCÈS !

Sert toi des valeurs pour donner du volume à ton poisson. Le fait de laisser inachevé les voiles du poisson en ouvrant sur le blanc du papier donne du mouvement au dessin. Un dessin net est un dessin figé alors qu’un contour ouvert, inachevé ou flou, créé la vie.

Enfin pour clôre cet article je te joins un dessin humoristique fait pour mon amie Valérie Filhol du Blog “123degustez.fr” qui souhaitait une illustration pour le poisson d’avril.


Si cet article te plait, Merci de le partager...
Print Friendly, PDF & Email

4 thoughts on “Comment dessiner un poisson

  1. Quelle maîtrise! C’est sidérant de justesse. On ressent que tu aimes vraiment les animaux dans tes dessins. Avec une mention spéciale pour les poissons… bon et les chats, et les félins disons!
    Bises

    1. C’est vraiment trop gentil Chère Coralie,

      Je continue de voir des erreurs dans mes dessins et j’en suis heureux car cela prouve qu’il y a encore beaucoup de travail à faire avant que tout soit parfait, d’ailleurs la perfection est inaccessible car elle est un but à atteindre et pas une fin en soi.

      C’est la chanson de Jacques Brel dans le rôle de Don Quijote de la Mancha avec son inaccessible étoile telle est la quête… Le beau dessin existe mais pas le dessin parfait et c’est tant mieux car après ce jour là les crayons resteront dans la boite.

      Bises bien Affectueuses
      Jean-Claude

    1. Bonjour Valerie,

      Merci pour ce commentaire flatteur. Je me suis permis de réutiliser ton poisson d’avril en fin d’article mais pour me faire “pardonner” j’ai mis un lien qui renvoie vers ton site… Voilà. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish