Je possède un grand nombre de matériels au nombre desquels figurent des boites de crayons aquarellables. Pour être transparent avec toi – comme je m’efforce de l’être toujours – je les utilise peu. Pourquoi ? Il existe deux sortes d’artistes; ceux qui sont ordonnés et ceux qui, comme moi, sont désorganisés. Je suis TRES bordélique !!! Mon matériel est éparpillé un peu partout dans la maison de sorte que je suis toujours entrain de perdre du temps à le chercher quand j’en ai besoin…. Mauvaise méthode j’en conviens ! La conséquence est que je ne pense pas nécessairement – lorsque me vient l’envie de dessiner ou celle de peindre – à ces crayons aquarellables car “loin des yeux, loin de la main”.

La seconde raison est que ce sont des produits ambivalents: C’est là leur point faible – ou leur point fort pour d’autres que moi. En fait, ils n’appartiennent totalement ni à la famille du dessin ni à celle de la peinture aquarelle. Ils sont à la frontière des deux ce qui fait qu’ils sont à la marge de chacune de ces disciplines… En cherchant un bouquin sur la peinture, je suis tombé sur l’une des boites, je me suis mis en quête de trouver les deux autres et aujourd’hui j’ai donc décidé de les tester pour mieux apprécier leur qualités ou leur défauts et t’en faire un témoignage, qui je l’espère t’apportera une réponse aux questions légitimes que tu te poses. Je ne prétend pas faire une analyse exhaustive sur ce sujet mais simplement partager avec toi cette expérience particulière.

crayon_aqua

Portrait aquarellé réalisé avec le crayon Graphitint Chestnut n°13 qui donne cette belle teinte orangée

LE MATERIEL:

Ce sont les crayons GRAPHITINT et INKTENSE de chez DERWENT. Depuis 1832 la Cumberland Pencil Company située dans la petite ville Anglaise de KESWICK fabrique des crayons de qualité pôur les artistes du Monde entier. Mais en fait c’est dès le début du XVIème siècle que remonte la fabrication des crayons dans cette ville, suite à la découverte de graphite naturel dans la vallée voisine de Borrowdale. Le portrait ci-dessus a été réalisé à partir de crayons de la gamme Graphitint. A sec ils ne laissent rien paraître sinon une légère coloration mais au contact de l’eau les pigments se dissolvent en révèlant la richesse de leurs tons. Il existe 24 couleurs différentes dans cette gamme. Les crayons Graphitint me font penser un peu aux crayons sanguine et sépia mais avec une mine plus “grasse”.

71 couleurs compose la gamme Inktense avec en plus un crayon contours insoluble. Les crayons inktense peuvent même être utilisés pour la peinture sur soie.

Je possède une ancienne boite de 36 crayons couleurs Schwan – STABILO. Il est intéressant de savoir que la plus part de ces couleurs sont solubles à l’eau alors qu’ils ne sont pas mentionnés pour l’être. Pour mémoire, tous les pastels secs sont diluables à l’eau car tu dois garder en mémoire que l’aquarelle est constitué de pigments de couleur et d’un agglomérant (gomme arabique, miel, etc…) soluble à l’eau ce qui est aussi le cas des pastels secs qui sont constitué de particules de pigments agglomérées entre elles sous la forme de batonnets ou de crayons bois. Cela signifie qu’en présence d’eau un pastel sec va se comporter comme de l’aquarelle en libérant ses composants dans l’eau. Cette caractéristique facilite donc permet les techniques mixtes à base de pastels et d’aquarelles. Je te donne donc le conseil suivant:

TESTE TOUJOURS TES CRAYONS POUR SAVOIR S’IL SONT AQUARELLABLES…

Pour compléter mon article j’ai fais un saut dans mon magasin Beaux-Arts proche de chez moi et je me suis procuré 5 crayons graphites noirs aquarelllables de la marque Allemande FABER CASTELL (HB, 2B,B, 6B et 8B) vendus sous blister avec un pinceau Faber Castell N°6 (photographie ci-dessous) qui s’ajoutent à quelques crayons provenant d’une petite boite métallique de 12 ARTISTS PENCILS de chez DALER ROWNEY. Cette seconde marque Anglaise fabrique du matériel pour les artistes depuis 1783 et c’est à Londres au début du XIXème siècle que sont produit ces crayons d’art.

Pour un lavis Monochrome en noir et blanc, plutôt que l’encre de Chine ou un tube d’aquarelle noire je pense que les crayons Graphite Aquarelle de chez Faber Castell conviennent très bien et notamment le 8B voire le 6B. L’avantage réside dans le fait qu’à la différence d’un flacon d’encre qu’il est facile de renverser ou avec lequel on peut se tacher, ici le risque est nul puisque ce sont des crayons. Donc transport facile, usage facile et résultat satisfaisant. Les noirs ont moins de profondeur qu’avec l’encre de Chine car ils sont mats une fois dilués avec de l’eau.

Pour la gamme des Graphitint de Derwent, il est difficile de se rendre compte de ce que donneront les couleurs une fois humidifiées car à sec cela donne des gris colorés sans éclat. Ce n’est qu’avec l’eau que les couleurs se révêlent enfin. Les couleurs de cette gamme ne se mélangent pas entre elles contrairement aux tubes, aux godets ou même aux crayons Inktense qui eux réussissent à se mélanger à sec (toutefois les résultats n’auront pas la richesse des véritables aquarelles traditionnelles. Les mélanges restent limités. Avec les tubes ou les godets on peut très bien mélanger 2, 3 couleurs voire plus alors qu’au crayon cela va se limiter à 2 couleurs.

Cela reste donc un bon compromis pour des petits croquis aquarellés de carnets de voyage. Imagines un instant, tu es parti en promenade et tu as oublé de prendre de l’eau, et rien, “nada” pas le moindre cours d’eau à proximité. Sans eau, impossible de faire une petite aquarelle sauf si…. tu réalises d’abord un dessin avec tes crayons de couleurs Inktense (Derwent) que tu pourras aquareller une fois de retour dans ta chambre d’hôtel, au camping ou à la maison. Alors pas belle la vie ? Au pire isolé en pleine nature sans point d’eau , tu peux humidifier ton pinceau avec ta salive… oui je sais c’est un peu limite comme technique mais elle fonctionne et “à la guerre comme à la guerre”… 

Sur le principe du “chapeau claque” (ce chapeau haut de forme “dépliable”) il existe chez FABER CASTELL un pot à eau “dépliable”: L’avantage est qu’il prend moins de place dans la besace de l’artiste peintre tout en assurant une contenance égale à celle d’un pot de confiture en verre de chez “Good Mama” mais celui-ci est incassable puisqu’en caoutchouc.

Tous ces crayons aquarellables se prêtent donc particulièrement bien au croquis urbain (Urban Sketching) et au paysage en plein air puisqu’ils sont plus facile à utiliser qu’une boite avec des tubes ou des godets. Pour cela une petite pochette, avec quelques crayons, quelques pinceaux à réserve d’eau pour diluer les couleurs feront parfaitement l’affaire.

Croquis aquarellé à partir du crayon “Sanguine Drawing” de DALER-ROWNEY

Pour terminer voici une vidéo sur la fabrication des crayons chez DERWENT  – but it’s in English… Sorry for this – OK si tu ne parles pas Anglais tu peux te contenter de regarder les images qui sont intéressantes malgré tout…


Si cet article te plait, merci de le partager...
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish