Dans mes jeunes années d’écolier les seules compositions que je connaissais étaient celles de Français, de Maths, d’Histoire ou de Géographie annoncées quelques jours à l’avance pour nous permettre de réviser, ou – fort à propos – de “tomber malade” ce jour là… “Vendredi prochain composition d’Histoire qui portera sur le dix septième siècle et règne de Louis XIV” jusqu’à la page quatre-vingt deux de votre manuel scolaire“… Merci M’dame.

Bon j’aimais l’Histoire de France qui était prétexte à de nombreuses rêveries. J’étais le chevalier Bayard sans peur et sans reproche, Roland sonnant de l’oliphant (à ne pas confondre avec souffler dans un éléphant qui nécessite de souffler beaucoup plus fort et plus longtemps pour gonfler l’éléphant) au col de Roncevaux. Bref je vivais l’Histoire de l’intérieur: Je n’en étais pas le spectateur mais l’acteur principal en armure domptant sa fière monture lourdement caparaçonnée pour repousser les multiples assauts de la horde barbaresque d’Attila. Combien de fois n’ai-je sauvé le pays et les manuels d’Histoire n’en parlent même pas… les ingrats !

La seconde fois où j’entendis prononcer à l’école le mot de “composition” fut aux alentours de ma vingtième année pendant mes études de technicien collaborateur d’architecte plus communément appelé dans la profession “commis” d’architecte. C’est de cette seconde acception du mot que je veux te parler aujourd’hui. Par composition il faut comprendre création d’une mise en scène par l’organisation de divers éléments sur la toile ou la feuille de papier. Lorsque je disais que composer avec la réalité c’est un peu mentir, Maryse me reprenait en disant, non ce n’est pas mentir car le travail de l’artiste c’est de savoir interpréter la nature. Pour moi un dessin ou un tableau doivent raconter une histoire. Même un portrait exprime une vie avec ses joies et ses peines, avec l’usure du temps qui se traduit par des rides et ridules ou par des cheveux blancs.

Les musiciens composent de la musique c’est à dire qu’ils assemblent des éléments en un certain ordre pour créer de la musique. Ces éléments sont des notes qui peuvent varier en intensité, en hauteur, en durée, en “couleur”. Ils peuvent y ajouter des effets comme des silences, des trémolos, des vibratos ce qui va créer un rythme. Le dessinateur et le peintre sont des musiciens qui interprètent une partition silencieuse sur le papier ou sur la toile. L’intensité musicale (“piano, pianissimo, forte, fortissimo”) c’est l’échelle des valeurs qui va du blanc papier (le silence du musicien) jusqu’au noir le plus profond. Le rythme sur une toile peut être donné par la répétition d’un motif ou par la répétition d’un assemblage de couleur de façon à ce que l’œil parcourt la toile dans un certain sens. Un contraste fort, constitué par la juxtaposition d’un blanc avec un noir ou deux couleurs complémentaire – un rouge à coté d’un vert ou un jaune avec un violet (par exemple) – va attirer le regard de l’observateur vers cette zone.

Je vais te montrer comment j’ai construis mon histoire Africaine baptisée “Défense de tuer” à partir d’images que j’ai prise dans la réserve de Sigean près de Narbonne. Pour cela je me suis servi de deux photographies d’éléphants et pour l’occasion le premier est devenu l’éléphanteau du second. J’aime les animaux, j’aime les dessiner ou les peindre au pastel ou à l’aquarelle. Il est important d’aimer ton sujet car plus grandes sont les chances de réussite de ton dessin.

Éléphanteau – réserve africaine de Sigean – photo JisséBro

Éléphant – réserve africaine de Sigean – photo JisséBro

Si tu te reportes à l’article consacré à “l’enlèvement des Sabines” par DAVID tu peux constater qu’il existe une “trame sous-jacente” constituée par des lignes de forces ou lignes directrices. Le positionnement des personnages dans cette oeuvre ou celui d’objets dans une nature morte ne doit pas répondre au hasard seulement – bien qu’il ait sa place aussi car il est impossible de tout calculer – mais aux intentions de l’artiste. C’est à toi l’artiste “initié” de guider le regard de l’observateur profane. Par “initié” j’entends celui qui connait les règles du dessin ou de la peinture et les maîtrise par opposition au profane qui lui ne possède pas nécessairement toutes les clefs pour déchiffrer l’œuvre qui s’offre à son regard.

Je t’ai également déjà parlé aussi de la règle des tiers (1/3) avec les points d’or c’est donc par cela que j’ai commencé la mise en place de mes deux personnages – les éléphants – dans mon dessin en calant la patte de l’un et la tête de l’autre sur les lignes de tiers verticales. et ma ligne d’horizon sur la ligne horizontale du tiers supérieur. La seconde patte avant de l’éléphanteau est alignée avec l’oeil sur la ligne bleue AA qui vient couper le bord du cadre en un point par lequel passe la ligne EE qui passe par le bord inférieur de l’oreille de l’éléphant adulte en arrière plan tandis que le bord supérieur de cette même oreille droite est aligné avec la joue du plus jeune. C’est encore cette ligne de construction CC qui part de la ligne d’horizon, tangente le dos du jeune éléphant passe par l’œil droit de son aîné et tangente le dessous du feuillage de l’arbre (à droite du dessin).

Un dessin vaut mieux qu’un long discours je te laisse donc observer le tracé de ma composition. Pour faire comprendre que l’un des deux éléphant est adulte et l’autre plus jeune j’ai placé les yeux de l’un au dessus de la ligne d’horizon tandis que le regard de celui que je veux faire apparaître comme le plus jeune se situe sous cette ligne. C’est un choix que j’ai fais à partir de mes photographies mais il serait aussi possible d’imaginer que l’on renverse les proportions des deux animaux simplement en les positionnant de façon un différente l’un se substituant à l’autre. 

L’explication de la réalisation du Pastel fera l’objet d’un autre article. En attendant je te souhaite beaucoup de plaisir à dessiner et de commencer – si tu ne l’as déjà fait – à réfléchir à la composition de tes prochaines œuvres. Rien n’est jamais l’effet du hasard car même une tache accidentelle sur une aquarelle peut être transformée de façon à s’intégrer dans le dessin de ta composition générale. Si tu trouves cet article intéressant je t’invite à le partager avec tes ami(e)s. Bonne journée et à très vite sur ce blog.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
%d blogueurs aiment cette page :