Cet article participe au carnaval d’articles organisé par mon amie Delphine (coach de vie positive) du blog www.une-vie-merveilleuse.com. Tout d’abord laissez moi expliquer pour celles et ceux qui ne le sauraient pas ce qu’est un carnaval d’articles. A l’initiative de l’un d’entre nous, un thème est lancé dans la communauté des blogueurs qui choisissent de relever le défi dans leur champ d’expertise en l’abordant sous l’angle proposé. Ainsi les artistes musiciens, peintres, comédiens pourront traiter du lâcher prise dans la pratique de leur Art tout comme un coach de vie en développement personnel traitera des bienfaits que cela apporte au quotidien.

Ami lecteur tu vas ainsi découvrir les différents aspects du « lâcher prise » dont peut être ( ?) certains te sont peu familiers voire totalement inconnus. Bonne découverte et bonne lecture.

Qu’est ce que le lâcher prise ? Je le qualifierais comme « un état de grâce » un moment « magique » (que j’atteints encore beaucoup trop rarement). A la fin de cet article je te montre trois œuvres personnelles pour illustrer mon propos car voir de tes yeux reste plus convaincant que de lire ou entendre un discours sur ce sujet.

Puisque je parle d’un moment « magique » il convient que je m’en explique. Pour parvenir à cela il faut suivre un processus un peu comme lors d’une initiation. Je rappelle encore que le mot initié ou initiation vient du latin « initium » signifiant le « début » sens que l’on retrouve par exemple dans « initiale » qui désigne bien la première lettre d’un mot ou d’un nom. C’est en effet un processus qu’il faut suivre pour arriver à cet état particulier.

PREMIÈRE ETAPE : Acquérir la CONFIANCE en soi…

Hors de cette étape point de salut. Il faut s’imaginer comme un petit enfant faisant ses premiers pas… Lorsqu’il se sent un peu plus en confiance l’enfant lâche la main de ses parents pour avancer d’un pas hésitant tout en cherchant du regard un encouragement. L’Artiste est ce petit enfant enfermé dans un corps d’adulte. Le lâcher prise fait peur car il s’agit de sortir de sa zone de confort. Depuis nos premiers pas l’éducation que nous avons reçue à l’école nous a formaté pour rentrer dans le moule des conventions afin de vivre en société tout en nous conformant aux usages et aux règles. Le résultat de cette éducation c’est que nous sommes en permanence dans le contrôle (de nos actes, de nos paroles et même de nos pensées)… D’esprit plutôt rebelle et vaguement « anar » j’aime provoquer et traverser en dehors des clous au sens propre comme au figuré. En Allemagne même avec une rue sans voiture à l’horizon mes amis Allemands attendront sagement que le petit bonhomme passe au vert alors qu’un affreux jojo comme moi traverse sans se préoccuper des feux ni des clous… pas bien…

Mais là où réside le paradoxe c’est que les libertés que je prends dans la vie ne se retrouvent pas souvent dans mes dessins ou mes peintures. Pourquoi ? Parce que je suis en permanence dans le contrôle de mon travail. Petit retour dans le passé. L’action se passe à l’École des Beaux-Arts de Paris – quai Malaquais – la carte d’étudiant de l’école me permettait de rentrer gratuitement au Louvre et devinez quoi ? A mes moments perdus j’aimais traverser la Seine par la passerelle des arts pour aller admirer les chefs d’œuvres qui y sont exposés. Je me suis ainsi fabriqué une belle prison dorée. Vous ne comprenez pas ? J’explique encore. Lorsque votre admiration va vers des artistes comme Caravage, Rembrandt, Léonard de Vinci, Titien, Véronèse, Vermeer de Delft, Ingres ou Franz Hals pour ne citer que quelques uns de mes bien aimés Maîtres cela génère aussi des complexes et des souffrances de ne pas être aussi talentueux qu’eux. Pendant mes années d’école je les ai copié. Il m’a fallut longtemps pour arriver à échapper à leur emprise tutélaire et la fascination qu’ils exerçaient sur mon esprit.

« LA CONFIANCE NE SE DÉCRÈTE PAS, ELLE SE MÉRITE !»

Prendre confiance en Soi peut demander beaucoup de temps. Je n’ai osé commencer à montrer mes dessins que passé l’âge de 40 ans ! Si donc comme moi vous êtes maladivement timide et complexé je ne connais qu’un seul et unique remède pour vous guérir. DESSINEZ ! Dessinez avec intensité, avec amour, avec passion… Peu à peu votre trait va s’affirmer, votre regard va prendre de l’acuité, votre main va devenir plus sûre. Vos dessins vont s’améliorer au fil du temps. Et votre confiance va grandir. Après quelques années de pratique, le dessin c’est comme le vélo, cela ne s’oublie pas… Désormais je peux soutenir le regard de mes concitoyens, de mes amis, de mes proches. Je n’ai plus peur du jugement d’autrui. Je prends même du plaisir à montrer mes dessins car ils sont appréciés et mon travail est admiré.

DEUXIÈME ETAPE : LE LÂCHER PRISE.

Je vous l’ai dis, la confiance en soi allant grandissant, vous et moi sommes de moins en moins dans le contrôle. Bonne nouvelle, il est possible d’accélérer le processus. Comment ? La méditation ou la relaxation sont des aides utiles pour faire céder les dernières résistances et tomber les derniers remparts. Puisque ce blog est dédié à la peinture je vais vous enseigner comment faire un exercice de visualisation sur les couleurs.

Lorsque je suis énervé, tendu, ou stressé les couleurs que je visualise sur l’écran de mon esprit sont de couleur ROUGE et je les imagine placées au sommet d’une échelle colorée. Je vous ai déjà parlé de la gamme Chromatique en abordant le sujet de la palette. Le principe est simple mais il faut un peu de pratique avant d’arriver à obtenir un résultat aisément. La couleur bleue étant apaisante il va falloir visualiser sur l’écran mental de votre esprit que vous redescendiez lentement cette échelle des couleurs. Du rouge au sommet, posons le pied sur l’échelon ORANGE placé en dessous puis après une minute pendant laquelle nous prenons conscience de cette couleur orange nous redescendons lentement d’un barreau vers la couleur JAUNE. Nouvelle pause d’une minute pendant laquelle nous prenons pleinement conscience de cette couleur solaire puis vient le tour de la couleur VERTE, pour finir avec la couleur BLEU. Nous n’irons pas jusqu’au VIOLET qui est la couleur de la Spiritualité. Laissons-nous peu à peu envahir par cette couleur bleu, « voilà, à présent nous sommes de vrais Stroumpfs ». Ressentez-vous cette sensation de CALME et de PLÉNITUDE ?

Cet exercice de relaxation basé sur les couleurs je ne le pratique que très rarement… Pourquoi ? Faute de m’accorder les quelques minutes nécessaires pour le faire. Aujourd’hui, tout va trop vite tout le temps, faute de prendre le temps de faire les choses à mon rythme. Je procrastine un œil rivé sur l’écran de mon PC, l’autre sur celui de la TV qui marche en bruit de fond branchée sur les news, et le troisième sur les réseaux sociaux dès que mon téléphone vibre pour m’aviser d’un nouveau commentaire sur FaceBook… après c’est la course pour faire (ou pas) les taches que je me suis fixé la veille. Ridicule !!! Oui je sais…

Bien au début de cet article j’ai parlé de vous donner à voir le résultat que j’obtiens lors du lâcher prise en dessins. Le portrait ci-dessous est figé et ressemble à ces figures de cire du musée de Madame TUSSAUDS à Londres ou celles du musée GRÉVIN à Paris. Il a été fait dans le contrôle car je voulais absolument qu’il ressemble à la photo. Ce faisant je me suis interdit de me faire plaisir et de m’amuser. J’aime dessiner donc ce n’était pas une terrible souffrance mais le résultat ne me satisfait pas.

portrait_carolyne

La seconde œuvre a été réalisée dans des circonstances très différentes. Je n’étais plus obnubilé par l’idée de copier la photographie. Pour ceux qui connaissent la réserve Africaine de Sigean près de Narbonne c’est là que j’ai pris les photos des lions qui m’ont servis de modèles. Mon esprit, pour l’occasion, dégagé de toute contingence ma main s’est trouvée libérée et j’ai osé mettre des couleurs qui n’ont pas de rapport avec la photo… et alors quel mal y a-t-il à cela ? Aucun, sinon que du bien… J’aime mon dessin il représente l’artiste que je veux être et non celui auquel il faudrait que je me conforme pour ressembler à la réalité.

quoi_ma_gueule

En voici un petit dernier… juste pour le plaisir 😉

dsc_4620

Cessez de vous juger en vous imposant des contraintes, osez la décontraction, osez même la folie. Soyez enfin vous-même en vous autorisant à vivre et être heureux, c’est tout le bien que je vous souhaite !

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish