Nous sommes tellement habitué à changer d’une chaine à l’autre avec notre « zappette » (la télécommande) que ce comportement nous semble naturel même dans nos relations humaines. Aujourd’hui les couples se font et se défont tout aussi vite. La patience a fait long feu, nous sommes toujours pressés. Quel rapport avec le Dessin ? Hé bien c’est un peu la même chose. Je vois dans les stages où je participe, certaines personnes qui voudraient immédiatement peindre à l’aquarelle sans prendre le temps d’esquisser le moindre dessin qu’elles considèrent comme une inutile perte de temps. Quel dommage pour elles… Elles passent à côté de l’essentiel pour progresser en Peinture: LA PATIENCE.

« Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ». C’est de la répétition régulière des mêmes gestes que viennent l’expérience et la confiance en Soi. Le plaisir viendra après. Le Dessin permet d’exercer son œil, son cerveau et sa main. D’abord l’œil observe. Il scrute les proportions, les directions que le cerveau compare et analyse, puis ce même cerveau commande à la main afin de restituer au plus juste les lignes, et surfaces perçues par l’œil du Dessinateur.

EPSON scanner image

Il est bien plus facile de se promener avec un petit carnet de croquis et un crayon dans sa poche que de transporter son chevalet, sa boite de peinture, ses pinceaux, des gobelets pour l’eau, et sa feuille tendue sur une planche ou son bloc d’Aquarelle. Et puis si il se met à pleuvoir, à faire trop chaud, qu’il y a trop de vent alors il faut plier bagage au plus vite et trouver un abri.

Certes le dessin en noir et blanc n’est pas en couleur, comme l’aurait dit Monsieur de La Palice, mais à part cela il a tout le reste : Les valeurs, la composition, la perspective, les clairs obscurs ou les ombres et les lumières, les proportions, les lignes, les traits, les taches bref tout ce qui fait une œuvre aboutie ! Le bon papier Aquarelle coûte cher et il est fragile : Il se raye, se tache, se salit facilement. Lorsque que l’on dessine directement sur sa feuille on peut se tromper, faire des erreurs, gommer, recommencer… On va ainsi user et fatiguer son papier avant même d’avoir fait son premier jus. Il n’y a pas le droit à l’erreur !

la_coupe_est_pleine2

A contrario si l’on fait une esquisse sur un bloc à dessin, les erreurs sont possibles, voire même recommandées, car c’est en se trompant que l’on apprend à corriger ses erreurs. Celui qui prétend ne jamais se tromper est un fat, un sot ou un menteur. Tout le monde fait des erreurs et c’est tant mieux car c’est à ce prix qu’il est possible de s’améliorer et progresser.

Lorsque l’on est satisfait de son esquisse vient alors le moment de passer à l’étape suivante: Le report de son dessin sur le support final en vue du passage à la couleur à l’Aquarelle, au Pastels, à l’huile ou à l’Acrylique. Du soin apporté à l’exécution de cette étape intermédiaire dépendra la réussite de l’œuvre finale. Il ne faut rien bâcler et prendre le temps nécessaire. Une grande artiste de renommée internationale – comme Maryse De May – réalise souvent un dessin préparatoire calqué et reporté sur son bloc d’Aquarelle avant de l’aquareller. Pensez-vous être meilleur(e) Aquarelliste qu’elle ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *