Aujourd’hui je m’adresse aux Aquarellistes amateurs ou professionnels qui publient leurs œuvres sur le net ou même dans des ouvrages papier et ruinent la beauté de leur travail avec des images grises et ternes. Je me souviens d’une fois, au Salon de Saint-Yrieix-La-Perche, où j’ai renoncé à acheter le livre de deux géants de l’Aquarelle parce que les images ne reflétaient en rien la lumineuse beauté des œuvres qu’ils exposaient. L’imprimeur peut faire ce travail, mais s’il y a beaucoup de photos à traiter, devant le coût supplémentaire de cette prestation beaucoup d’artistes renoncent. La solution ? Le faire soi même !

La prise de vue avec les APN (appareils photos numériques) a été grandement simplifiée grâce à la considérable avancée technologique des deux dernières décennies, toutefois sans un éclairage naturel ou artificiel de qualité, les images risquent d’être couvertes d’un voile grisâtre… Pour la retouche photographique il existe des programmes. Personnellement j’utilise Adobe Photoshop (CS5) qui est un superbe logiciel mais dont les deux principaux inconvénients sont le prix et la complexité. Pour le prix je vous suggère de vous tourner vers le marché de l’occasion. Il n’est pas rare de trouver sur les sites comme « eBay » ou « le Bon Coin » des offres à petits prix. Comme moi, vous n’aurez pas la toute dernière version mais peu importe. Une Ferrari reste une Ferrari même si la peinture est défraîchie…

Sinon il y a la solution des logiciels gratuits comme GIMP (GNU Image Manipulation Program) qui n’a pas grand-chose à envier à son compétiteur payant. Vous le trouverez ici

Je vais expliquer comment retrouver le « blanc papier » avec PS. Dans GIMP les manipulations sont identiques bien que l’interface diffère. Il vous faudra « tâtonner » un peu mais en cherchant sur le web vous trouverez des tutoriels et des forums pour apprendre à utiliser ce programme.

Qu’importe l’aquarelle prise pour mes explications elle n’est pas le sujet central de cet article.

Sans titre-1

En ouvrant l’image dans Photoshop on voit que le blanc papier a viré au gris. La première chose à faire est de vérifier que l’on est en CMJN (Cyan Majenta, Jaune, Noir). Dans la barre de menu, il faut aller à « Image > Mode > Couleurs CMJN ».

Sans titre-2

Ensuite dans le menu, il faut sélectionner « Image > Réglages > Courbes ». Assurez-vous que vous avez également sélectionné « Informations » dans le menu « Fenêtre ». En promenant la souris sur l’image elle se transforme en pipette. Posez-la sur un endroit de l’image où vous savez être le « blanc papier ». Regardez dans la fenêtre « Informations » le pourcentage des valeurs en Cyan, Magenta, Jaune et Noir qu’il vous faudra soustraire à l’image pour retrouver le blanc.

Sans titre-3

Cliquez sur l’angle droit au dessus « Entrée ». Une petite fenêtre s’ouvre. En haut, en dessous de la mention « Paramètre prédéfini » se trouve un menu déroulant intitulé « Couche ». Choisir « Cyan » puis dans la fenêtre « Entrée » (en bas) tapez la valeur relevée sur la fenêtre « Informations », ici « 59 » (pour 59%). Refaire la même manipulation pour le Magenta (52), Jaune (46), et Noir (16). Validez par OK. Le blanc papier est retrouvé.

Sans titre-4

Il reste à redonner un peu de « peps » à votre image en boostant les couleurs. Pour cela retournez dans le menu. « Image > Réglages > Niveaux ». Une nouvelle fenêtre s’ouvre. Cochez « Aperçu » puis déplacez les curseurs pour resserrer les valeurs en contrôlant le résultat sur l’original. Validez en cliquant « OK ». Voilà vous avez maintenant une belle image prête à être publiée. GIMP est gratuit, profitez en. Désormais vous n’aurez aucune excuse si vos images restent grises et ternes…

Recherches utilisées pour trouver cet article :

dessiner sur photo sur aquarelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *