Bonjour heureux de te retrouver une fois encore pour te proposer 2 exercices simples de dessin. Tu n’as pas besoin de beaucoup de matériel puisque une feuille de papier A4, un crayon noir 4B ou 6B suffit et une règle plate d’écolier et une grille à ronds (qui me reste de mes années d’architecture). Tu peux remplacer la grille à ronds par un emporte pièces pour la pâtisserie par exemple ou par un petit objet comme des pièces de monnaies (ou même des médailles de diamètres différents).

Exercice 1: Tout d’abord sur ta feuille trace un rectangle de dix centimètres pour la largeur et quinze centimètres pour la longueur. En fin d’article tu as un modèle vierge que tu peux imprimer pour travailler dessus mais je ne te garantie pas que l’impression sera exactement à l’échelle. En fait peu importe si ton rectangle est un peu plus grand ou légèrement plus petit, l’essentiel réside dans la méthode mais pas dans un “copié-collé” exact pour faire à l’identique…

Une fois ton rectangle réalisé garde ta règle et ton crayon en main et trace huit à dix (8 à 10) lignes en tous sens pour définir des zones à “colorier”. Tu as sans doute déjà travaillé sur les valeurs mais si tu ne l’as pas encore fait je t’invite à découvrir cet autre article intitulé exercices sur les valeurs afin de te familiariser avec cette base fondamentale du dessin.

N’hésite pas à créer des “nœuds” en croisant plusieurs lignes sur un même point pour définir un centre d’intérêt par la convergence des lignes vers ce qui deviendra un point focal. Souviens toi aussi de ce que l’on appelle les “points d’or” qui se situent aux tiers (1/3) d’un tableau ou d’un dessin; j’en parle dans “une autre lecture de la peinture et du dessin“.

Commence par poser la valeur la plus claire (autre que le blanc papier) en respectant le principe suivant: Les valeurs les plus foncées comme le noir devraient occuper une surface plus petite que les surfaces les plus claires. Pourquoi ? Parce qu’une couleur ou une valeur d’intensité soutenue à un effet “impactant” fort donc pour équilibrer ta composition il convient que les valeurs fortes soient réparties sur toute la surface de ton dessin (ou de ton tableau) et que ces valeurs fortes soient moins nombreuses que les surfaces claires pour que l’œil circule sur l’ensemble de la composition en étant attiré par les noirs et “presque noir” (ou les couleurs les plus vives en peinture).

Les exemples proposés ne sont aucunement des images “parfaites” mais uniquement  là pour faire comprendre la démarche. On pourrait par exemple dire que chaque “bande verticale, horizontale ou oblique” doit comporter au moins une zone blanche, une zone noire et une échelle de valeurs intermédiaires. Ce qui est presque respecté dans l’exemple ci-dessus mais pas complètement puisque verticalement la bande la plus large n’a pas de valeur noire alors que sa voisine de droite en possède deux. En t’inspirant donc de cette image et de ce que je te dis, rempli “tes cases” avec un dégradé de gris allant du blanc du papier au noir le plus intense obtenu avec ton 4B (ou 6B).

Exercice 2: C’est une variante de l’exercice précédant en utilisant cette fois ci des cercles. Pour cela aide toi, d’une grille à ronds si tu en as une, ou même de pièces de monnaie de diamètres différents comme le petit un centime et les anciennes grosses pièces en argent de dix Francs et cinq Francs si comme moi tu en as conservé en souvenir de ce que fut notre monnaie pendant quelques siècles avant l’avènement de l’Euro.

Tu peux également combiner les deux exercices en mêlant droites et cercles, toutefois reste sobre dans ton mélange. En choisissant de privilégier l’un ou l’autre des éléments (cercles ou droites) tu valorises celui qui est le plus rare. Ici dans ce second exemple l’oblique parce qu’elle est unique est un élément fort dans la composition. Ces deux exercices faciles pourraient modestement faire références aux surfaces et carrés colorés de Mondrian tandis que les cercles évoqueraient le travail de Sonia et Robert Delaunay.

Bien évidemment l’idée sous-jacente à ces deux petits exercices simples est de faire travailler ton œil et ta main à la composition, aux équilibres des formes et des valeurs. Pour cela je t’invite très vite à t’affranchir de la grille à ronds pour tracer des cercles et des droites à main levée. Ces exercices constituent aussi une excellente séance d’échauffement pour réaliser des travaux plus ambitieux comme des portraits. Nos amis pianistes font des exercices d’assouplissements des doigts et des poignets en faisant des gammes, pour les dessinateurs ce genre d’exercices constitue aussi nos gammes chromatiques (lorsqu’elles sont déclinées en couleurs) ou gammes de valeurs en noir et blanc.

En attendant de nous retrouver pour d’autres exercices simples de dessin, et d’autres conseils je m’en vais de ce pas travailler à l’élaboration d’un cours avancé (uniquement par abonnement en ligne pour celles et ceux qui veulent aller plus loin dans l’apprentissage du dessin). Bons exercices et à très vite.


Si cet article t’intéresse Merci de le PARTAGER autour de toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
%d blogueurs aiment cette page :