A

Agrandir : Il existe plusieurs façons d’agrandir un dessin. Certaines même pratiquement ignorées du plus grand nombre seront étudiées dans plusieurs articles de ce blog. La plus connue étant l’utilisation d’une grille de reproduction. Voir aussi la définition de « proportional divider ».

Aplomb : L’aplomb pour un modèle vivant est une ligne virtuelle verticale que l’on fait passer par le point d’équilibre du personnage représenté. Pour cela on s’aide d’un fil à plomb que l’on peut bricoler à partir d’un brin de laine et de son trousseau de clef ou de sa gomme ou son taille crayon.

Autoportrait: Commencer par son autoportrait n’est sans doute pas réservé à l’absolu débutant car la ressemblance dans le portrait n’est pas toujours simple MAIS vous pouvez êtes sûr de ne pas vous fâcher avec vous-même si votre portrait est raté. C’est un grand avantage, en plus de celui d’être toujours disponible lorsqu’en vous en avez décidé.

barbe_bleue_(autoportrait)

B

B : Dans l’échelle de dureté d’une mine de crayon la gamme B qui va du B jusqu’au 9B indique que la mine est grasse (tendre). Les noirs seront plus intenses qu’avec une mine dure (H).

BD : Bande Dessinée ou Comic Strip est un genre particulier de dessin narratif. On pourrait presque dire que les fresques rupestres des grottes de Lascaux et la Tapisserie de Bayeux sont les premières BD. Lorsque j’étais enfant j’avais la chance d’être abonné à plusieurs magazines pour la Jeunesse. Il y avait le JOURNAL DE MICKEY, TINTIN pour les jeunes de 7 a 77 ans, SPIROU, l‘INTRÉPIDE HURRA, NANO NANETTE (pour ma soeur) et puis en dehors de ces publications hebdomadaires Il y avait les vieux albums de mon papa – dont beaucoup furent détruits par les inondations de la Seine en 1954 – comme ZIG ET PUCE d’Alain Saint Ogan, FÉLIX LE CHAT, BICOT ET LE CLUB DES RANTANPLANS, Les PIEDS NICKELÉS, BIBI FRICOTIN puis plus tard ce fut ASTÉRIX qui vint rejoindre sur les étagères de la bibliothèque tous ces joyeux compagnons. J’aurais pu ajouter La Famille FENOUILLARD, les malices de PLIC et PLOC (2 lutins facétieux), le Sapeur CAMEMBERT ou le Savant COSINUS ou les planches colorées des imageries d’EPINAL et BÉCASSINE pour ma frangine ! Comme tu le vois mon univers enfantin était peuplé d’images et de dessins.

Blanc : Connais-tu la querelle qui oppose les petits boutistes des gros boutistes ? Au cours de ses voyages Gulliver découvre le monde des Lilliputiens et la guerre qui fait rage entre les partisans d’ouvrir les œufs par le petit bout et ceux qui préfèrent le faire par le gros bout… Hé bien tu pourras trouver la même chose chez ceux qui soutiennent “mordicus” qu’en aquarelle le seul blanc qui vaille est le blanc du papier et puis les pragmatiques qui te disent qu’importe la façon seul compte le résultat final et donc qu’il est possible de venir placer un réhaut de blanc (gouache, acrylique, pastel, etc…) pour finaliser une mise en lumière sur un sujet (personnages mais pas uniquement). J’admire les puristes mais je n’ai pas leur rigueur.

Boronali : Anagramme d’Aliboron. Boronali est le nom d’artiste peintre qui a signé un canular imaginé par Roland Dorgelès pour se moquer des impressionnistes.

Brosse : En technique humide de l’aquarelle, une petite brosse semi-rigide permet de rouvrir des blancs en frottant doucement lorsque le papier est encore humide et en trempant dans l’eau pour nettoyer la charge de pigment. On assèche légèrement le pinceau (qui doit rester humide) et on recommence le geste: frotter, rincer le pinceau, légèrement l’essorer et frotter encore jusqu’à l’obtention du résultat souhaité (l’apparition du blanc du papier). C’est la “gomme” de l’aquarelliste.

C

Calame : Bambou taillé et séché dont on se sert à la façon d’un porte-plume.

Calque d’études : Calque de faible grammage (40 gr) en rouleau de 30 cm X 20 m. permet de faire des croquis successifs en testant plusieurs hypothèses de dessin. Avant l’usage de l’ordinateur, c’était un produit de grande consommation dans les cabinets d’architectes et les bureaux d’études.

Caricature : La caricature est un art difficile car elle allie toutes les difficultés du dessin. Il faut que le portrait soit drôle sans être cruel et qu’il soit reconnaissable. DAUMIER fut un maître en son époque avec ses caricatures des bourgeois, des juges ou de la monarchie et l’empire avec Louis Philippe (en poire) et Louis Napoléon (en Ratapoil ou Badingué).

Cercle Chromatique : Disposition sur un cercle des couleurs primaires et secondaires (voir primaire).

Voir à ce sujet https://apprenez-a-dessiner.com/la-palette/

Charrette : Argot d’architecte. Voici l’histoire de ce mot telle qu’elle me fut relatée par mon vieux prof d’Histoire de l’Architecture qui était lui même architecte (M. Albert FEUILLASTRE) L’expression “charrette” ou “être charrette” remonte au XIXème siècle lorsque les étudiants en architecture planchaient sur panneaux tendus. Certains d’entre eux habitaient sur la rive gauche moins chère que la rive droite – du coté des halles de Baltard – le ventre de Paris. Comme il était difficile de transporter ces grands panneaux les étudiants louaient aux marchandes de quatre saisons leurs charrettes pour y charger leurs projets d’Architecture afin de se rendre rue Bonaparte à l’Ecole des Beaux-Arts pour y être jugés par leurs professeurs. En retard on pouvait les voir dévaler les rues de la capitale aussi vite que leurs jambes pouvaient les porter en criant “charrette” pour se frayer un chemin parmi les badauds parisiens. Etre Charrette signifie donc être en retard, être à la “bourre”.

Compas : outil de dessin servant à tracer des cercles ou reporter des mesures avec précision sans l’aide d’un décimètre pour mesurer. Il suffit d’ouvrir le compas pour « pointer » chaque portion de l’image que l’on veut reproduire. Les plus précis d’entre eux possèdent une vis centrale pour ajuster l’écartement des branches avec la plus grande précision.

Copier : La copie des Maîtres anciens est un bonne école pour apprendre à dessiner mais la copie d’artistes contemporains peut tomber sous le coup de la Loi pour plagiat. Sois prudent et averti de ce qu’il est possible de faire et ce qui ne l’est pas. Reporte-toi à https://apprenez-a-dessiner.com/questions-que-tu-devrais-te-poser/

Corriger une erreur : Avant de te précipiter sur ta gomme essaye de voir si tu ne peux pas corriger ton dessin sans l’effacer car la correction apportée sera plus exacte en conservant comme repère la trace de ton erreur que tu pourras faire disparaître ensuite.

Couteau à peindre : Peut servir pour le drawing gum. Si vous n’avez pas de couteau à peindre une ancienne carte bancaire découpée peut fort bien le remplacer.

Crayon : dessin aux trois crayons – traditionnellement la sanguine (rouge), le sépia (jaune) et la pierre noire. La craie blanche peut parfois remplacer le sépia pour des réhauts de lumière. Dessin généralement réalisé sur un papier Canson mi-teinte.

Crobard : argot pour croquis

Cutter : Cet outil – à manier avec précaution – sert aussi bien à couper une feuille trop grande en deux mais aussi à tailler ses crayons pour une mine plus longue qu’obtenue avec un taille crayon. Les artistes asiatiques dessinent avec de très longues mines ce qui permet d’être « moins dans le contrôle » car la pression exercée sur la mine fragile est moindre. Voir l’article https://apprenez-a-dessiner.com/comment-tailler-ses-crayons/

D

D.A.O. :Dessin assisté par ordinateur. J’ai connu les prémices de cette technique mais je ne peux pas prétendre y exceller tant les évolutions logicielles sont importantes. Pour simplifier le dessinateur projeteur travaille à numériser un dessin a l’aide d’un scanner ou d’une tablette à digitaliser. Un trait est alors interpréter comme un ensemble de points situés sur un plan avec 2 axes de coordonnées en 2D ou dans l’espace avec 3 axes de coordonnées en 3D (repères orthonormés X, Y et Z soit longueur, largeur et hauteur). Ensuite les coordonnées et tracés sont repris dans un logiciel de CAO (conception assistée par ordinateur) qui va générer à la volée des plans, des coupes et des perspectives fils de fer qui seront mappées c’est à dire sur lesquelles on applique une texture pour donner du réalisme à la perspective (bois, marbres, briques, pierres, verre, métal, etc…).

Drawing gum : Gomme à masquer : Liquide caoutchouteux servant à recouvrir une zone pour la protéger d’un passage de couleur au pinceau. Se retire une fois sec en frottant légèrement avec le doigt.

Dérouler du calque : argot de dessinateur signifiant « faire de nombreuses esquisses ou croquis d’étude pour la mise en place d’un dessin ».

Directeur : On parle d’œil directeur pour l’œil prédominant, celui qui « commande » au cerveau. En fermant alternativement un œil puis l’autre on perçoit un léger décalage dans une scène que l’on observe… d’où l’invention de la stéréoscopie qui fait appelle à un appareil photo binoculaire (avec deux objectifs) correspondant à notre vision avec deux yeux. L’œil directeur est celui qui ne change pas la vision de la scène observé avec les deux yeux ouverts ou un seul. Voir https://apprenez-a-dessiner.com/connaissez-vous-votre-oeil-directeur/

E

Épiscope : appareil destiné à projeter une image sur un écran pour l’agrandir. J’ai acheté cet appareil le 28 décembre 2004 et je n’ai ouvert le carton que deux fois. La première après l’achat pour voir comment cela fonctionnait et la seconde pour le photographier pour illustrer cet article. Tout ceci pour dire qu’il n’est absolument pas indispensable d’en posséder un dans son atelier. Pour agrandir un dessin il existe de nombreuses façons de le faire. Le mieux reste encore de dessiner directement sur sa toile avec un fusain ou un crayon. Le but de ce blog étant précisément de donner des trucs et des techniques pour apprendre à dessiner en se passant de “béquilles”. Comment fonctionne l’épiscope ? Il est dépourvu de fond ce qui permet de poser l’appareil sur une revue, voire même sur un petit objet comme une médaille par exemple. L’objet est éclairé par une ampoule électrique (celle qui est sur l’appareil est encore une “vieille ampoule à filament”) puis l’image est renvoyée par un miroir au travers d’une lentille grossissante vers la toile. En fait ce système est a rapprocher de la “camara oscura” (la chambre noire) utilisée par Vermeer.

Eponge : Certains aquarellistes utilisent une petite éponge préalablement imprégnée de couleur pour faire le feuillage d’un arbre en tamponnant la feuille de papier aquarelle. Il faut varier la tenue, « l’angle d’attaque » et la pression du le papier pour ne pas avoir un effet répétitif et mécanique.

Equerre : Outil de dessin à trois cotés – généralement en plastique, autrefois en bois, – avec un angle droit et deux autres angles soit à 45°, soit à 30° et 60°. S’utilise conjointement avec un Té pour tracer des lignes parallèles sur un plan.

Esquisse : Dessin rapide préparatoire d’un dessin plus abouti.

Essai (feuille d’): En aquarelle il est indispensable d’avoir a portée de main une feuille d’essai (brouillon) pour poser quelques touches et s’assurer de l’effet obtenu avant de se lancer sur son original. Seuls les mauvais amateurs s’en croient dispensés.

F

Fixatif : Produit destiné à fixer un dessin c’est-à-dire à le recouvrir d’une fine couche transparente qui assure la cohésion des micro-particules de carbone (fusain, crayon) ou des pigments de pastel. La laque à cheveux peut faire usage de fixatif MAIS uniquement pour des dessins de peu de valeur artistique car elle aura tendance à jaunir à la lumière. Pour fixer des œuvres destinées à être exposées et/ou vendues, n’utilise que des produits de qualité en faisant confiance aux marques.

Fuite (Point de) : Point de convergence des lignes obliques (lignes de fuite) toujours situé sur la ligne d’Horizon. Se reporter à cette définition.

G

Graphos : Sorte de porte plume muni d’un corps avec réservoir d’encre (que l’on rempli avec un piston) et de différentes plumes métalliques pour varier les pleins et les déliés en calligraphie, ou l’épaisseur des traits (dessin technique)

Gratte-cul : (argot d’architecte). Grattoir pour affuter les mines de crayon

Grille : Système connu depuis des siècles pour agrandir ou réduire un dessin.

H

H (voir B pour échelle de dureté des crayons à mine de graphite).

I

Illusion d’optique : Un artiste comme ESCHER s’en ai fait une spécialité.

Inactinique (crayon bleu) : Le bleu inactinique proche d’un bleu cyan clair (NB: ceci est un bleu inactinique) à pour effet de ne pas impressionner la pellicule photographique. Ce crayon spécial est essentiellement employé dans les arts graphiques pour la BD, les dessins animés, les mangas. Il permet ainsi à l’artiste d’écrire directement sur sa planche originale encrée des annotations et directives à l’intention de l’imprimeur qui n’apparaîtront pas lors du “filmage” de la planche. Pour info: Le rouge inactinique est la lumière rouge utilisée en chambre noire lors du développement photographique des pellicules argentiques et photographies papier en N&B.

La valeur Hexadécimale du bleu inactinique est égale à “#A4DDED”.

J

Jamais (vs Toujours) : Jamais et toujours sont deux mots qui n’existent pas en dessin. Alors que ces deux mots existent en peinture de par les contraintes techniques (la règle du gras sur maigre par exemple), la simplicité du crayon fait que de telles règles issues de difficultés dans la mise en œuvre des produits n’a pas lieu d’être. Un crayon et une feuille de papier suffisent à faire un dessin.

K

Kutch : nom que les architectes donnaient au double ou triple décimètres.

L

Liant : En aquarelle le liant est souvent la gomme arabique car elle est soluble dans l’eau. Au séchage (après évaporation de l’eau) la gomme arabique agglomère les pigments entre eux et avec les fibres du papier comme le ciment fait coller entre eux les agrégats (graviers et sable) du béton.

Ligne d’Horizon : En perspective ligne virtuelle sur laquelle se situent les points de fuite. Elle passe toujours par l’œil de l’observateur.

Lumineuse (table) : Une table lumineuse sert a reproduire un dessin par transparence un peu comme lorsqu’enfant je posais l’image que je voulais représenter sur la vitre de la fenêtre de la salle à manger en plaçant par dessus une feuille blanche. La lumière du jour filtrant au travers des deux feuilles il ne me suffisait plus qu’à repasser d’un trait de crayon les contours de l’image.

M

Main levée (croquis à: Croquis fait au juger sans s’aider d’un instrument de mesure autre que l’œil ni d’outil autre que le crayon ou le feutre (on n’utilisera donc pas de règle ou de double décimètre) pour tracer ses lignes droites.

Mandala: En sanscrit ce mot signifie “cercle”. Un mandala est donc un dessin basé sur l’idée d’une figure géométrique se développant en cercle et qui sert de support à la méditation. A rapprocher de la rose des vitraux de nos Cathédrales. Pourrait être l’évocation d’un mantra (parole sacré, son ou prière) dont la vibration se répercute  en écho dans l’Univers.

mandala photo

Mie de pain : Gomme malléable qui s’utilise non par frottement mais en tamponnant le dessin pour enlever de la matière. Elle se nettoie en la malaxant contrairement aux gommes caoutchouc que l’on frotte sur une surface abrasive.

Miroir : Je parle souvent de changer son point de vue sur un dessin afin de savoir si la composition est bonne. La première façon c’est de retourner le dessin “tête en bas”, une seconde façon est de l’observer dans un miroir ce qui à pour effet d’inverser le coté droit avec le coté gauche. De cette façon on voit les choses d’un “autre œil”, ou d’un “œil neuf” ce qui a pour effet de nous faire prendre plus facilement conscience d’erreurs dans le dessin.

Mono pigmentaire (couleur) : Merci à Maryse De May de m’avoir appris qu’à l’aquarelle il vaut mieux utiliser des couleurs mono pigmentaire (un seul pigment) pour faire ses mélanges. Car deux couleurs mono pigmentaires mixées ensemble donneront une couleur lumineuse mais si chacune de ces couleurs est déjà constituée d’un mélange de plusieurs pigments le résultat ne sera pas au rendez-vous (la couleur obtenue ainsi s’oxydant plus rapidement qu’une couleur obtenue par le mélange de seulement deux pigments). Si donc on veut des couleurs fraîches et lumineuses il faut travailler à partir de couleurs mono pigmentaires.

N

Négatif (espace) : Dans son ouvrage « apprenez à dessiner avec votre cerveau droit » l’américaine Betty Edwards explique comment utiliser les espaces négatifs pour progresser en dessin. Lorsque tu dessine une chaise tu peux en tracer le contour extérieur mais aussi tu peux dessiner les vides et interstices qui peuvent exister entre les pieds de la chaise ou sur le dossier. Un arbre avec ses branches sera plus facile à dessiner si tu dessine les vides (espaces négatifs) qui apparaissent dans l’entrelacs de ses branches. Lire à ce sujet mon article https://apprenez-a-dessiner.com/dessiner-en-negatif/

Nu : Le Nu ou dessin d’après modèles vivants est une grande discipline enseignée dans les écoles d’art depuis toujours. Il est important pour cela de bien connaitre les proportions du corps humain. Tu peux télécharger mon guide gratuit ici https://apprenez-a-dessiner.com/lart-du-nu/

O

Œil directeur : Celui des deux yeux qui ne change pas la vision lorsque l’autre œil est fermé. On observe un objet placé devant soi et sa position dans l’espace environnant puis alternativement on ferme un œil et l’autre tout en continuant son observation. Si vous constatez que la position de l’objet dans l’espace n’a pas changé avec deux yeux ou un seul ouvert celui là est l’œil qui commande au cerveau.

Œil de vieux : La lentille de paysagiste dit  “oeil de vieux”,  est une lentille divergente (concave) qui fonctionne à l’envers d’une loupe pour étudier les perspectives d’un motif ou d’un paysage afin de le reproduire. Si vous regarder un paysage avec des jumelles mais en observant coté grossissant en contact avec votre œil. L’image au lieu de paraître plus grande paraîtra plus petite donc permet d’avoir une vue générale (une vision globale du sujet). Les jumelles tenues à l’envers fonctionnent comme l’œil de vieux.

Ordres Architecturaux : Les Egyptiens d’abord, puis les Grecs et les Romains ont définis les critères de l’Architecture classique. Dans l’Art Occidental on distingue 3 Ordres principaux (plus un quatrième plus tardif qui est une synthèse des précédents, l’Ordre Composite). Il s’agit du DORIQUE, du IONIQUE et du CORINTHIEN qui sont surtout distinctifs au niveau des chapiteaux qui coiffent le fût des colonnes. Au DORIQUE correspond le règne MINERAL avec ses faces carrés comme les rhomboèdre de Calcite ou les cristaux de sel, au IONIQUE correspond le règne ANIMAL avec ses volutes rappelant l’enroulement des cornes de bélier, la spirale des Ammonites ou l’enroulement de la coquille de l’escargot enfin le CORINTHIEN correspond au règne végétal avec ses feuilles d’Acanthe et ses ornements floraux. Le Moyen-Age introduira plus de fantaisie avec des personnages, des animaux, des figures grotesques sur les chapitaux des églises Romanes et les cloîtres des couvents.

P

Palette : Il en existe de toutes sortes depuis la palette en papier pelliculable (qui s’effeuille comme un éphéméride) aux assiettes de porcelaine blanche, en passant par les palettes en bois, en plastique ou en métal. Les formes aussi peuvent varier. Le mieux reste les palettes blanches (comme le papier aquarelle ou la toile) de façon à ce que la couleur de la palette ne vienne pas perturber la lecture de la couleur des mélanges.

Passoire à conneries : argot d’architecte désignant la « grille » au format carte bancaire qu’utilisait autrefois les secrétaires pour corriger avec du Tipp-Ex blanc les fautes dactylographiques et qui permet de corriger un calque en grattant un point précis avec une lame de rasoir.

Pastel : Le mot Pastel définit tout à la fois l’outil de dessin (la craie ou le bâton de pigment) et l’œuvre réalisée sur un support papier. Si l’œuvre recouvre l’ensemble de la feuille on parle alors de « peinture aux pastels » dans le cas contraire c’est un « dessin aux pastels ».

Perroquet : Ce drôle d’oiseau là ne parle pas puisque c’est un outil de dessin servant à tracer des lignes courbes en guidant le trait du crayon, du stylo, du rotring, du feutre pour un travail net et précis.

Perspective : Mode de représentation graphique pour donner l’illusion de la troisième dimension (3D) – la profondeur ou l’épaisseur – sur un support en deux dimensions (Largeur x Hauteur). Pour en savoir lisez mon guide https://apprenez-a-dessiner.com/gratuit-les-bases-de-la-perspective/

Pincelier: Le Pincelier est constitué d’un récipient pour recueillir les écoulements de peinture et d’un système de suspente des pinceaux tête en bas (sorte de gros ressort). C’est un outil pour les peintres à l’huile mais il n’est pas interdit d’y accrocher ses pinceaux d’aquarelle…

Pistolet : Outil proche du perroquet mais avec plus de variantes dans les courbures.

Poncif : Dans l’industrie textile un poncif est un dessin reporté à l’aide d’une feuille de papier percée de petites trous. En frottant la feuille avec de la poudre de fusain, ou une craie blanche (sur un tissu foncé) la poudre passe au travers des petits trous pour se déposer sur le support situé en dessous. Le dessin est ainsi transféré en pointillé.

Primaires (couleurs) : Elles sont au nombre de trois et sont les couleurs qui ne peuvent être obtenues par le mélanges de deux autres couleurs. Ce sont le JAUNE, le BLEU et le ROUGE. Par le mélange de ces trois primaires nous obtenons trois couleurs secondaires à savoir le VERT, l’ORANGE et le VIOLET.

Proportional divider : Compas de Réduction en français. Cet outil constitué de 2 branches pivotant autour d’un axe sert à agrandir ou réduire une image. Pour plus d’information, voir l’article https://apprenez-a-dessiner.com/le-compas-de-reduction-ou-proportional-divider/

Q

R

Rehaut : Ajout de lumière par une touche de blanc (par exemple avec de la gouache) sur une aquarelle, ou rehaut de blanc au pastel. Sur un portrait à la sanguine ou au fusain sur un papier de couleur.

Relevé : Effectuer un relevé. En architecture c’est dessiner l’état existant d’un édifice en vue d’en dresser les plans pour en conserver une trace avant transformation ou démolition.

Repentir : En peinture un repentir est une correction apportée par l’artiste peintre au cours de la réalisation d’une œuvre en repeignant par-dessus le premier tracé. Lorsque l’on radiographie certaines œuvres anciennes il est possible de constater parfois le nouveau positionnement d’une main ou un nouveau port de tête. Ceci est possible parce que l’huile ou l’acrylique sont des médiums opaques et couvrants. La transparence de l’aquarelle ne permet pas les repentir.

Réserve : En aquarelle, se dit d’une zone sur laquelle on ne désire pas appliquer de couleur pour laisser paraitre le blanc du papier. Une réserve peut se faire avec du drawing gum ou gomme à masquer, avec de la cire de bougie, ou en tournant autour d’une zone laissée vierge.

Réserve d’eau (pinceau à) : Pinceau avec un corps en plastique qui sert de réservoir à eau. Très pratique pour les croquis aquarellés des carnets de voyage et « l’urban sketching » (le croquis urbain).

S

Scanner ses dessins : La prévalence de l’ordinateur dans le quotidien fait qu’aujourd’hui les images numériques ont pris une part très importante dans nos vies. Scanner ses dessins permet ainsi, tout à la fois, d’assurer une sauvegarde de son travail mais aussi de les échanger, de les partager, d’exposer son travail. Il est indispensable lorsque l’on scanne un dessin de corriger la balance des blancs (par exemple avec l’outil « courbes » de Photoshop) car les scanners ont une fâcheuse tendance à « griser » les blancs. Se reporter à mon article https://apprenez-a-dessiner.com/sur-vos-photos-daquarelles-retrouvez-le-blanc-papier/

Lorsque l’on scanne un dessin à l’encre avec un premier tracé réalisé au crayon bleu inactinique (BD), il suffit sous Photoshop de basculer l’image en niveaux de gris tout en augmentant la lumière et le contraste pour faire disparaître toute trace de crayon. Voir inactinique pour la définition.

Scotch invisible : Utile en aquarelle pour obtenir un bord propre et bien fini (façon passe-partout). Ce scotch se décolle facilement après séchage complet de la feuille. Permet aussi de saisir le bloc d’aquarelle par les bords sans laiser de traces de doigts sur son travail.

Souffle en cul : Outil pour souffler à la bouche en vaporisation un liquide (un vernis ou un fixatif). Il est constitué de 2 branches (tubes creux) positionnées à angle droit. En soufflant dans la branche verticale on créé un phénomène d’aspiration (par dépressurisation) dans la branche verticale qui plonge dans le liquide à répandre sur la toile ou le dessin.

Spalter : Un spalter est une large brosse plate qui sert aux peintres décorateurs pour réaliser certains travaux comme la vitrification d’un parquet. On peut l’utiliser en aquarelle pour mouiller sa feuille de papier.

Style : Il est plus facile de copier Rembrandt que de trouver son propre style, ce qui ne signifie pas qu’il soit facile de bien copier mais trouver son écriture et faire qu’elle soit reconnue de tous est très difficile. On reconnait Bernard Buffet, Tamara de Lempicka ou Pablo Picasso au premier coup d’œil, mais il est plus difficile de différencier entre eux les petits Maîtres Flamands du 17ème ; Les experts s’y perdent parfois.

Je parlerai aussi des styles en Architecture. Six ans passés à user mes fonds de culottes sur les bancs de l’Ecole des Beaux-Arts plus un an pour mon diplôme d’Architecte et encore trois ans avant cela pour obtenir mon Brevet de Technicien collaborateur d’Architecte ont fait que mes cours d’Histoire de l’Art n’auront pas été totalement inutiles.

T

Tablette graphique :

Té : Outil de dessin constitué d’une lame horizontale et d’une tête fixée à angle droit pour former la lettre « T » d’où il tire son nom. Cette tête glisse le long d’un coté d’une planche à dessin pour tracer des lignes horizontales parallèles. La tête peut être fixe ou orientable.

Tire ligne : Outil de dessin avec un manche et un embout métallique muni de 2 lames que l’on écarte ou rapproche avec une vis. Permet d’avoir une petite réserve d’encre ou de peinture pour tracer des lignes de différentes épaisseurs.

Traînard ou Traceur : Pinceau avec de très long poils utilisé en aquarelle pour réaliser les branchages d’un arbre. En le tenant assez haut sur le manche les petits mouvements du poignet vont créer un dessin naturel pour un branchage. Moins on sera dans le contrôle et plus naturelle paraîtra l’aquarelle.

U

V

Vidéos : La vidéo est un outil de communication et d’apprentissage incontournable pour le dessinateur et l’artiste. Il y a d’abord les films “grand écran” relatant la vie des artistes comme par exemple la vie de VAN GOGH avec Jacques Dutronc, celle de RENOIR avec Michel Bouquet ou celle de Camille CLAUDEL interprétée par Isabelle Adjani ou encore la Jeune Fille à la Perle sur la vie de VERMEER film à la mise en lumière superbe et le remarquable Mr TURNER relatant la vie du célèbre peintre aquarelliste Anglais. La vidéo c’est également l’excellente collection de 18 DVD sur la non moins excellente émission TV Palette” véritable cours d’Histoire de la Peinture à posséder obligatoirement dans toute vidéothèque digne de ce nom.

Vidéoprojecteur : Le vidéo projecteur est un outil très utile non pour projeter l’image et la “décalquer” mais pour dessiner “comme si on est dans la vraie vie”. Je l’utilise pour faire du “modèle vivant” d’après photo. J’achète des vues de nu photographié sur 360° et en projetant sur un mur de l’atelier je dessine comme si le modèle se trouvait placé devant moi (ce qui est le cas sous forme d’image). En faisant ainsi je développe les mêmes gestes et les mêmes réflexes que si je me trouve “dans la vraie vie”. Idem pour un paysage photographié au cours d’un voyage que je peux faire revivre sous mes yeux et devant mon chevalet. Rien ne remplacera jamais la réalité sinon le vidéoprojecteur.

W

WINSOR & NEWTON : Au début du 19ème siècle en Angleterre un artiste Henry Newton s’associe à un chimiste William Winsor pour créer une gamme de couleurs exceptionnelles qu’ils mettent au service des aquarellistes. Ils déposent également un brevet pour des tubes en étain rabattables qui vont ainsi populariser rapidement leurs produits dans le Royaume et en Europe. Aujourd’hui les produits Winsor et Newton couvrent une large gamme de produits tels que des aquarelles de qualités professionnelles, des gouaches, des peintures acryliques, des huiles mais aussi des pinceaux et du papier.

X

Y

Zen : C’est l’attitude la plus propice pour dessiner. La zénitude et le plaisir sont les piliers du dessin.

 

RÉGULIÈREMENT COMPLÉTÉ… A SUIVRE…


 

Print Friendly, PDF & Email
Partages 0

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish