J’aime le dessin ce n’est un secret pour personne et parmi tous les sujets possibles les animaux me tiennent particulièrement à cœur. Il faut dire que depuis ma plus tendre enfance j’ai vécu et grandi avec des animaux de compagnie. Bébé mon grand père, en tablier de jardinier et béret sur la tête, me promenait dans un panier le bras passé dans l’anse avec comme compagnon de voyage “Titi” un petit chien ratier noir et blanc. Des chiens nous en avons eu un certain nombre qui suivirent la disparition de “Titi”, ce furent “Dick” un berger malinois adopté tout petit. Sur la route des vacances, nous nous étions arrêtés dans un restaurant de Barentin. Un petit chiot était venu nous voir à notre table, nous apprîmes qu’il cherchait de nouveaux maîtres car les propriétaires du restaurant ne pouvaient le garder, c’est ainsi que nous reprîmes la route avec “Dick”, puis lui succédèrent “Tobby” un griffon adopté à la SPA, “Fripon” petit chien caniche nain que nous avons acheté “avec la maladie de Carré” à la Foire de Paris. Sa mort, peu de temps après son acquisition, fut la cause d’une loi votée à l’Assemblée Nationale dans les années soixante pour obliger la vaccination des chiots vendus dans les foires et les salons. Papa, Chef des Huissiers à l’Assemblée Nationale, était en contact permanent avec les députés et les ministres de la République ce qui avait permis de faire adopter cette loi par le Parlement.

Il y eut encore “Phoébus” un show show, “Thésée” et “Nama” un couple de petits caniches, “Bianca” un Coton de Tuléar, “Horris” un petit Lapsa Apso qui s’est empoisonné avec des champignons en Normandie. Il faut encore ajouter des poissons, dont une grande carpe qui s’est “envolée” du bassin du pavillon de mes Grands Parents à Villeneuve-le-Roi lors des inondations de la Seine en 1956. Puis il y eut encore une tortue, une souris sauvée de la dissection en cours de sciences naturelles en 4ème (au Lycée Jean-Baptiste Corot à Savigny-sur-Orge), des chats, des oiseaux (perruches, 40 passereaux: bengalis, mandarins, serins, tisserands et un pigeon) et des singes (capucins et macaques queue de cochon), un lapin qui a fini en terrine (ce qui m’a fâché avec ma grand mère pendant quelques temps).

Les départs en vacances de la famille BRAULT étaient épiques, dans la voiture – un break familial 404  – s’entassaient ainsi trois générations (ma grand-mère, mes parents et trois enfants – mon frère, ma sœur et moi) et tous nos animaux, souris et poissons d’aquarium y compris. Bien évidemment nos animaux n’ont pas tous cohabité ensemble à la même époque mais ce sont succédé sur 40 ans. Tous ces animaux ont fait partie intégrante de ma vie à des degrés divers mais ils ont laissé une empreinte indélébile dans mon cœur et mon esprit. J’AIME LES ANIMAUX et ils font de magnifiques sujets à peindre et à dessiner.

L’empathie pour ton sujet est la clef d’un dessin réussi. Avant de te lancer dans l’aventure et le bonheur du croquis animalier, prends le temps d’observer ton chien ou ton chat dans différentes attitudes au quotidien. Lorsqu’il dort, lorsqu’il se repose sans dormir, lorsqu’il mange ou se désaltère, lorsqu’il se déplace, lorsqu’il est assis ou debout, immobile ou en mouvement quand il joue. Ton chien, ou ton chat, c’est un membre de ta famille, il va t’offrir le meilleur de lui même pour te permettre de le dessiner. Mais avant cela observe le avec une attention bienveillante, avec amour. Rien ne va remplacer ses instants de complicité entre lui et toi. De cette longue relation va naître un sentiment de confiance mutuelle absolue qui va finalement se retrouver au bout de ton crayon. Ce n’est pas toi qui va guider ton crayon mais ton amour pour ton petit compagnon et l’amour ne se trompe jamais (surtout avec un animal de compagnie).

Si tu as peur de ne pas réussir, détends toi… Que risques tu ? Ton chien, ton chat ou ton perroquet ne vont pas te reprocher d’avoir “loupé” leur portrait (encore que si ton perroquet sait parler…). Il n’y a aucune raison de te mettre la pression… Ton croquis ne lui ressemble pas ? Et alors où est le problème ? Il n’y a que toi pour le savoir tant que tu ne communiques pas sur ton dessin. C’est raté ? Tant mieux cela te donnes l’occasion de t’améliorer !!! Rien n’est pire que de “réussir” son dessin du premier coup car tu risques alors de t’en satisfaire et devines quoi ? Ce dessin dont tu es très content aujourd’hui ne va plus te plaire dans 3 mois, dans 6 mois, dans un an. Et chaque nouvelle année tu le regarderas avec encore moins d’indulgence et de satisfaction… C’est normal tu auras fait des progrès considérables entre temps !

Si tu regardes mon dessin de singes macaques au début de cet article tu verras en fait deux images. La première est la tête croquée pour saisir l’expression du regard de coté. L’animal est inquiet par la présence de l’homme qui l’observe. Le second dessin est une idée de composition pour une oeuvre future d’une femelle avec son petit accroché sur son dos, au loin on distingue un paysage. Ces dessins sont présentés pratiquement à l’échelle… Ce qui signifie qu’il n’est pas nécessaire de faire un grand dessin pour étudier la composition d’une oeuvre aboutie: Un rectangle de 6 cm x 8 cm. suffit à matérialiser une idée, à lui donner vie et tester diverses hypothèses de travail. 

Un oiseau piaille au fond de ton jardin ? Saisis ton appareil photo et mitraille le en gros plan car il est pratiquemment impossible de le dessiner sur sa branche qu’il peut quitter – d’un battement d’ailes – dans la seconde qui va suivre. Le monde “sauvage” ne t’attend pas, il vit sa vie, à toi de faire avec. Les fermes, les grands aquariums où les zoos permettent d’approcher les animaux sauvages au plus près mais pour autant ceux-ci ne vont pas poser pour te faire plaisir. C’est donc a toi de saisir l’instant propice: soit toujours près à shooter. Précautions d’usage:

  • As-tu pensé à recharger la batterie de ton appareil photo ? Rien n’est plus frustrant que de payer son entrée dans un parc animalier pour s’apercevoir que la batterie est à plat !
  • As-tu suffisamment d’espace libre sur ta carte ? Idem que précédemment la frustration et la déception seront au rendez-vous si tu dois effacer des images présentes sur ta carte pour faire de la place aux nouvelles photos.
  • Mets ton téléphone sur vibreur afin que le bruit éventuel de la sonnerie ne fasse pas fuir l’animal que tu observes et que tu photographies.
  • S’il fait soleil, mets toi à l’ombre.
  • S’il fait froid, couvres toi en conséquence. Il m’est arrivé de m’enrhumer pendant les 30 ou 40 secondes où je suis sorti dehors – prendre précipitamment une photo de peur que le chat des voisins se sauve – sans m’habiller chaudement…
  • Sois toujours prêt(e)à saisir l’occasion qui se présente… elle ne se représentera peut-être pas une seconde fois !

Dans un prochain article je détaillerai étape par étape comment dessiner ton animal favori (chien ou chat). En attendant je t’invite à mieux observer les animaux autour de toi. Salutations amicales et gratouilles  affectueuses à ton petit compagnon !


Si cet article te plait , Merci de le partager (famille, amis, réseaux sociaux)
Print Friendly, PDF & Email
Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish