Bonjour à toi, heureux de te retrouver encore une fois ici sur le blog “apprenez-a-dessiner.com” pour parler d’un sujet qui me tient à cœur qui est celui de préserver le fragile équilibre que la Nature à mis des millénaire à construire et que nous sommes entrain de ruiner en l’espace d’une génération !

Cette planète ne nous appartient pas, pas plus qu’elle n’appartenait aux générations qui nous ont précédées, nous ne faisons que l’emprunter aux générations futures. Aujourd’hui on peut malheureusement aussi écrire “empreinter” tant notre pollution trace un sillon mortifère qui mènera notre planète à sa perte si nous ne réagissons pas rapidement. Je vais donc parler de “dessin écolo.

Je vais d’emblée lever toute ambiguïté – il n’y a dans mon propos aucun prosélytisme pour un parti politique car l’écologie n’appartient à aucun parti mais doit être l’affaire de tous. Il s’agit avant tout pour moi de la préservation de la Nature, de la protection de sa faune et de sa flore. Pour cette raison je n’aime pas la chasse aux trophées qui tue des espèces sauvages en voie de disparition.

En 40 ans notre planète à vue la disparition de 60% des populations d’animaux sauvages (dernier Rapport Planète Vivante du WWF). Qu’attendent les Nations Unies pour déclarer crime contre l’Humanité punit d’un emprisonnement à vie la chasse aux espèces sauvages menacées d’extinction pour le plaisir sadique et cruel que quelques crétins friqués qui vont tuer éléphants, rhinocéros, girafes, etc… Et honte aux îles Féroes sanguinaires ou au Japon qui massacrent les baleines ou les dauphins par “tradition” ou pour l’industrie… Le blanc de baleine étant utilisé dans les cosmétiques ou les rouges à lèvres sous l’appellation “Cétyl Palmitate”.

protect nature photo

Nous sommes donc individuellement responsable. Et cela commence avec le tri de nos déchets. Chaque geste si minime soit il est positif (ou négatif dans le cas contraire) vis à vis de la planète. Avec tous les moyens dont nous disposons pour nous informer il n’est plus possible de dire “je ne savais pas” car cela ressemble aux comportement de ses trois petits singes qui ne veulent pas voir, ne veulent pas entendre, et ne veulent rien dire de peur d’être obligé de s’impliquer dans l’action. Pas besoin de militer dans une association, la prise de conscience environnemental commence au bas de chez soi, sur le trottoir en triant ses déchets dans les bacs adéquates.

Sais-tu, par exemple, que les bouteilles en plastique sont recyclées en objets textiles comme des oreillers, des couettes, ou encore en cartes à puce, en montres, en moquettes, en sièges enfants ? Et la doudoune polaire qui te tient bien chaud l’hiver est aussi faite avec tes anciennes bouteilles d’eau minérale. Alors penses-y la prochaine fois que tu voudras jeter ta bouteille d’eau minérale n’importe où. Elle se recycle !

  • OK Jissé tu y a été de ton petit “couplet écolo” mais quel rapport avec le dessin ?

Ce rapport est évident… Le dessin utilise des crayons fabriqués avec des mines de graphites (plus de la cire et autres liants) et du bois. Le papier sur lequel tu dessines est lui aussi fabriqué avec du bois. Donc des arbres sont coupés pour cela. Il n’y a pas lieu de culpabiliser pour cette raison car il existe une gestion écologique des arbres destinés à l’abattage. A notre simple niveau notre action se résume à éviter toute forme de gaspillage inutile.

MEA MAXIMA CULPA ! C’est ma faute blablabla… Je plaide coupable ! Pendant des années j’ai dessiné sur des blocs de dessin sans faire vraiment attention au gaspillage MAIS je ne jette rien (ou pas grand chose). Je me suis rendu compte en feuilletant mes anciens carnets de croquis que toutes les pages n’avaient pas été utilisées. A chaque fois par peur de me retrouver “en panne” pendant la démonstration en publique d’un dessin j’achetais un nouveau carnet avant d’avoir terminer le précédent et ce faisant, les pages vierges se sont accumulées au fil des différents carnets.

PREMIERE ASTUCE ANTI-GASPI:

D’abord j’utilise surtout des carnets de croquis en papier recyclé (bloc A3 CANSON couverture verte) de 160 grammes ce qui permet de faire des croquis aquarellés.

Cela consiste à reprendre tous tes carnets de croquis et les feuilleter page après page, à la recherche de “l’immaculée conception” (la page vierge). Si tu utilises des blocs à spirales c’est très facile de craquer la page, sinon utilise un cutter sans appuyer pour ne trancher que la feuille en question. Recommence cela aussi souvent que nécessaire. Si tu as de nombreux blocs tu vas vite réunir quelques dizaines de feuilles blanches (20, 30, 50 ?). Prélève sur l’un des blocs dont tu n’a plus l’usage le carton fort qui sert de dos à la couverture. Assemble les feuilles sur le dos en carton à l’aide de quatre ou cinq pinces à dessin et te voilà avec un nouveau bloc de dessin “GRATUIT”.

SECONDE ASTUCE ANTI-GASPI:

Ma seconde astuce concerne les crayons. Lorsque l’on dessine avec un crayon, il s’use ce qui est normal. Il faut donc souvent le tailler au cutter ou utiliser un taille crayon pour le faire. La conséquence de cette action est que la taille du crayon diminue au fur et à mesure et lorsque l’on se retrouve avec un petit crayon de quelques centimètres il finit rapidement sa vie oublié au fond d’un tiroir, remplacé par le beau crayon tout neuf qui a pris la place de celui qui a pourtant si bien œuvré (et pour lequel nous avons si peu de considération).

Évite les taille crayons électriques qui usent les crayons très rapidement… Avec un taille crayon manuel il faudra beaucoup de tours de poignet avant d’avoir réduit ton crayon à quelques centimètres. Avec un taille crayon électrique aucune fatigue donc en 2 ou 3 minutes il n’y aura plus de crayon. Bien évidemment il serait stupide de le faire par jeu mais on taille obligatoirement plus que nécessaire son crayon lorsque c’est fait électriquement. En plus ces outils fonctionnent avec des piles qui sont polluantes.

Tu peux choisir des piles rechargeables qui réduisent les déchets mais il faut produire de l’énergie électrique pour les recharger donc à moins de produire de l’énergie verte photovoltaïque à partir de panneaux solaires je ne te recommande pas l’utilisation de piles pour alimenter ton taille crayon. Oublie son usage ou mieux n’en achète pas.

Alors que faire pour redonner une seconde vie à un petit bout de crayon ? Il suffit d’utiliser un prolongateur de crayon (crayon extender) pour retrouver une longueur normale de crayon. Par longueur normale j’entends une longueur suffisante pour avoir une bonne tenue du crayon en main. Cette extension fonctionne aussi très bien pour les crayons gommes comme tu le vois sur la photo. Un tel outil très pratique ne coûte pas cher (2 euros) mais que faire si tu es dans l’urgence, sans “extenseur” et que tu n’as aucune boutique de fournitures Beaux-Arts à coté de chez toi ? 

Voilà mon astuce. Met un point de colle sur l’extrémité opposée à la mine de crayon et enroule solidement une feuille de papier autour pour faire un “manchon cylindrique qui enveloppera fermement ton petit bout de crayon. Un autre point de colle ou un bout de scotch pour le fixer et empêcher que ce manchon ne se désenroule et le tour est joué. Te voila avec un “extenseur de crayon” en papier suffisamment rigide (avec plusieurs tours) pour faire une bonne longueur de crayon.

Autre solution: Si tu possèdes un “critérium” – tu sais un porte mine de crayon – il te suffit de fendre sur la longueur, avec un cutter, ton petit bout de crayon pour récupérer la mine pour le porte mine. Attention toutefois à ne pas te blesser ni casser la mine du crayon.

3ème ASTUCE: Celle ci concerne plutôt les aquarellistes… et c’est plus un conseil qu’une astuce puisque je les invite à privilégier l’usage des pinceaux synthétiques sur les pinceaux en poils naturels. Je sais que beaucoup apprécient les pinceaux en poils de martres kolinski, et les petits gris (écureuils) ou les pinceaux en poils de putois de Sibérie mais pour les obtenir on sacrifie des petits animaux beaux et inoffensifs.

Est-ce que la plus belle des aquarelles justifient la mort d’un de ces petits animaux ? Pour moi je ne le pense pas. Et si tu veux peindre avec des poils naturels pourquoi ne pas fabriquer un pinceau avec une mèche de tes cheveux ? Je pense faire l’expérience, tester le pinceau obtenu et en faire un compte rendu dans un prochain article. Après tout nos cheveux sont bien des poils naturels alors pourquoi pas essayer et le seul risque de massacre est celui de ta coiffure 😉

D’accord mes astuces à elles seules ne vont pas sauver la planète, mais si chacun de nous faisons quotidiennement de petits gestes alors ça peut faire la différence. Un robinet qui goutte gaspille 15 à 20 litres d’eau par jour soit 500 litres par mois ou 6.000 litres d’eau par an multiplié par quelques millions de foyers et ce sont des rivières qui disparaissent sans compter la facture d’eau.

Nous avons donc tout intérêt à faire ces petits gestes quotidiens qui ne nous coûtent pas grand chose mais peuvent économiser beaucoup. A très vite pour un prochain article. En attendant tu peux partager cet article autour de toi, ce sera déjà un premier pas dans la bonne direction. Merci pour les enfants de la Terre.


5 thoughts on “Dessin ecolo

  1. Merci Jean-Claude pour cet article on ne peut plus pertinent et qui montre que ta pratique et ton enseignement englobent une compréhension plus large, c’est ce qui fait l’artiste, en tout cas devrait le faire.
    Je m’autorise ce message car à titre personnel, je n’ai pas trouvé de solution pour filtrer mon eau sale lorsque je peins et mes gentils pigments aquarelle finissent immanquablement dans la couche phréatique, ce qui est sans importance pour certains d’entre-eux, mais nettement plus grave pour d’autres. J’y pense à chaque fois que je vide mes pots dans l’évier mais je n’ai pas trouvé de filtre adéquat. J’ai essayé les filtres café notamment, mais ils sont insuffisants.
    Pour les tubes, après les avoir ouverts pour en extraire le précieux contenu résiduel (parfois important), je les conserve jusqu’à en avoir assez pour les apporter aux déchets toxiques de la ville, ce que je sais que trop peu d’entre-nous faisons. Cela me console un peu.
    Et donc si tu as en réserve un bon plan pour filtrer l’eau, cela sera très utile…et pas qu’à moi !
    Encore merci pour ton beau travail, avec mes amitiés, Olivier.

    1. Cher Olivier,

      Un GRAND MERCI pour me lire et pour ton message bien encourageant.

      As-tu essayé de filtrer avec du sable fin ? Il y a aussi les carafes à eau style BRITA… Bon je te dis cela mais je n’ai pas testé car je n’ai pas fais d’aquarelle depuis plusieurs mois maintenant et que je vide mes eaux sales dans mon jardin donc avant qu’elles ne rejoignent la nappe phréatique le sol à fait office de filtre (du moins c’est comme ça que je le pensais… pour me donner bonne conscience).

      Ta question me titille et je vais rapidement tester les deux solutions que je te propose et qui demande une vérification par mes soins. Je reviendrais donner les résultats dans quelques temps.

      Bises Amicales
      JC

      1. Cher Jean-Claude,
        je te remercie pour ta réponse !
        Eh non, je n’ai pas essayé le sable (en fait, je n’y ai même pas pensé) ni ma Bryta qui officie docilement en cuisine. Je suis un peu désolé que tu te charges de vérifier tout ça à ma place, d’une certaine façon… Pour les restes de peinture, j’apporte de temps à autre ma ” contribution ” à un point Eco DDS (essentiellement des tubes vides mais au contenu toxique), près de chez moi.
        Je t’embrasse,
        Olivier.

        1. Coucou me revoilou,

          Ne sois pas du tout désolé BIEN AU CONTRAIRE JE TE SUIS TRÈS RECONNAISSANT de m’avoir branché sur cette question qui m’avait échappée et qui a son importance dans mon sujet… Je vais poser la question à ma Chère Maryse mais je me doute qu’elle ne sait pas (sur ce point particulier)… Je vais faire des essais avec du charbon actif, du sable fin et un filtre à café ou un bas et voir un peu comment tout cela réagit. Et puis j’ai une vieille BRITA que je vais mettre à contribution car elle ne fait plus grand chose…

          Bises. Bonne fin d’après midi.
          Jean-Claude

  2. Alors je peux te répondre pour le filtre à café : il retient une partie de la couleur rejetée mais pas tout. Il y a le pigment qu’on peut voir – avec de bons yeux quand même ^^- et la teinte inhérente à la couleur, plus diffuse. L’idéal serait de retenir le tout, j’imagine…
    Je laisse ton équipe de laborantins s’activer sur cette question… Encore un grand merci !
    Bises,
    Olivier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d blogueurs aiment cette page :