SPÉCIAL DÉBUTANT…

Lorsque l’on débute à l’aquarelle souvent la peur de rater nous paralyse. Alors il faut adopter une tactique gagnante pour réussir. Je te propose donc d’appliquer ma méthode pour faciliter tes premiers pas et minimiser l’échec… D’ailleurs en réalité l’échec n’existe pas vraiment car soit tu réussis soit tu apprends de tes erreurs ! Cette philosophie est donc toujours gagnante…

Je vais donc t’expliquer comment passer du dessin vers l’aquarelle. Cela se fait en trois étapes simples.

  1. Réalisation du dessin
  2. Etape intermédiaire ou préaparatoire
  3. Réalisation de l’aquarelle

MATÉRIEL NÉCESSAIRE:

  • Bloc dessin 90 gr., crayon, gomme
  • Papier Calque, en feuilles ou en rouleau (du calque d’étude 40 gr. est suffisant)
  • Papier aquarelle, boite en godets ou tube, pinceau petit gris

Si tu as déjà lu d’autres articles sur ce blog au sujet de l’aquarelle tu es habitué à cette liste de matériel à une exception qui est celle du calque. Sache que c’est la clef de voûte de la méthode.

Voici donc – avec un exemple simple – le détail de ces trois étapes. J’ai travaillé d’après une photo prise en bord de mer. C’est celle d’un marin pécheur. Ce pourrait être un paysage, un portrait, un animal familier, une nature morte ou des fleurs, en fait, peu importe le sujet puisque ce qui est essentiel ici c’est la méthode suivie.

Quelques mots sur le dessin. Le personnage en mouvement est vue de trois quart dos avec un sac en bandoulière. La valeur la plus claire (le blanc papier) c’est le sac, il convient donc de réorienter l’intérêt sur le personnage par une valeur foncée que je place sur la manche. A noter l’analogie  entre le mouvement de balancier du bras par rapport à la diagonale du sac en bandoulière… L’équilibre des formes et des valeurs est ainsi respecté. Note aussi que le contour du marin n’est pas fermé. Il s’agit d’établir des “passages” entre le fond et le personnage afin de l’intégrer avec son environnement. Un contour fermé isole la forme du fond un peu à la façon d’une silhouette en papier découpée posée sur un fond.

L’utilisation du papier calque: Pendant toutes mes études d’Architecte, puis pendant mes années de pratique professionnelle j’ai travaillé avec du calque. A l’école des Beaux-Arts (atelier A) au premier étage de l’entrée du quai Malaquais, dans la Salle Foch qui avait une vue sur la Seine et le Louvre en face, durant six ans j’ai déroulé des kilomètres de calque d’étude. Puis plus tard, pendant neuf ans, j’ai redécouvert l’utilisation du calque avec Maryse De May lors des stages d’aquarelle de cette magnifique artiste. Elle est, et restera, pour moi une aquarelliste cher à mon cœur et la plus grande… Bien entendu, lorsque je parle d’utiliser le papier calque pour réaliser ton aquarelle, il ne s’agit absolument pas de calquer la photographie mais uniquement ton propre dessin. Alors pourquoi ne pas calquer directement la photo? Tout simplement parce que tu n’en tirerais aucun bénéfice, tu n’apprendrais rien d’utile à faire ainsi ! Dessiner c’est déjà peindre au crayon en noir et blanc… Le geste y est, l’observation y est, les valeurs, les proportions et les lumières (avec les réserves du blanc du papier) y sont également ! Le dessin est donc une répétition générale avant de passer à la peinture, un peu comparable à ce qu’est la “générale” avant une représentation théâtrale.

Comment calquer ton dessin ? D’abord tu fixes le calque avec deux petits bout de scotch pour l’empêcher de bouger. Avec la pointe de ton crayon HB suis le tracé de ton dessin en ménageant des interruptions sur la ligne comme tu as fais sur ton dessin. Tu peux ainsi remarquer que sur mon dessin et sur mon calque il n’y a pas de délimitation entre la partie haute (le buste) et la partie basse (les jambes) du personnage. De cette façon tu sais que tu auras un geste fluide sur ton aquarelle pour faire circuler la couleur sans l’enfermer dans une forme ou une surface précise. Ensuite retourne le calque sur le verso (l’envers) et repasse tes traits avec précision. Ne fais pas de “poncif” c’est a dire noircir le trait d’un “zig-zag” grossier. Il y a deux bonnes raisons pour ne pas le faire:

  1. Tu as mis tu temps à faire un dessin net et précis et en noircissant n’importe comment le dos de ton calque tu sabotes ton dessin et tu perds la précision de ton tracé. Pour un portrait, c’est important de conserver cette précision pour la ressemblance !
  2. En noircissant grossièrement le dos de ton calque, lorsque tu vas reporter ton dessin, tu vas salir ta feuille d’aquarelle avec des traces de graphite. Par contre il y a beaucoup moins de risque de salir ta feuille ou ton bloc lorsqu’il n’y a que la simple épaisseur d’un trait aussi bien au recto qu’au verso.

Vient enfin le troisième passage de ton dessin sur l’endroit du calque (le recto) en appuyant suffisamment fort sur la pointe de ton crayon pour que le graphite (qui a été déposé au dos lors du deuxième passage) se dépose sur ta feuille d’aquarelle mais n’appuie pas trop fort pour ne pas graver ton papier… Apprends à mesurer la pression que tu exerces sur la pointe de ton crayon.

Observe à la fois le dessin et le calque à propos de la main du personnage par exemple. Tu peux ainsi constater que le dessin de la main n’est pas fermé, ce qui explique que sur le calque la forme soit restée ouverte. Sur l’aquarelle un coup de pinceau suffit à évoquer la main et le trait de crayon à en faire comprendre la direction doigts légèrement repliés vers l’arrière. Inutile d’en dire plus.

Le blanc du papier sert à traduire deux choses:

  1. La couleur blanche de la barbe du marin.
  2. La lumière sur le sac à dos.

Dans un précédent article sur un paysage de montagne en hiver le blanc du papier représentait ainsi la neige. Le blanc papier peut donc aussi définir une matière en plus d’une couleur (craie, neige, coton, etc…).

Ce personnage du marin barbu n’est pas, à proprement parler, une aquarelle mais plutôt un dessin aquarellé. Mais la méthode reste identique pour une aquarelle plus grande comme le “vieil Ecotay” qui me sert de bandeau sur la page Facebook de mon blog ou comme “Misère” qui est le clochard Parisien de mon article “comment peindre un fond à l’aquarelle“. En fait j’utilise le calque uniquement pour les grandes aquarelles et pour les pastels. Pour être franc et transparent avec toi, je réalise directement mes croquis aquarellés sans passer par cette étape intermédiaire du calque mais je souhaitais te montrer ma méthode à l’aide d’un petit sujet simple et rapide à faire.

L’avantage de cette méthode est évident: Si tu rates ton aquarelle, le plus difficile pour beaucoup étant le dessin, il suffit de prendre une nouvelle feuille de papier aquarelle 300 gr. mini, et d’y poser ton calque dessus. Ensuite, en peu de temps, tu pourras retracer dessus ton dessin à l’identique et recommencer rapidement ton aquarelle. Alors pas belle la vie ? Merci qui ? Merci à l’inventeur du papier calque bien sûr !

En attendant de nous revoir très vite ici, pour de nouvelles astuces et de nouveaux trucs, je te souhaite une excellente journée et surtout de mettre en oeuvre régulièrement l’usage du calque lors de tes prochaines aquarelles. Si cet article te plait, partage le avec tes ami(e)s. Merci.


 

 

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish