Hello, Bonjour, Gutentag, Buongiorno, Buenos Dias, voici le nouvel article sur comment dessiner un portrait de 3/4. Le portrait est l’un de mes sujets préférés et cela doit probablement me venir de mon enfance et des nombreuses bandes dessinées que je lisais alors. Michel Vaillant et ses bolides automobiles, Alix le Gaulois, Tanguy et Laverdure pilotes de chasse, Blake et Mortimer, et même Tintin et Milou avec l’inséparable capitaine Hadock. Tous ces héros étaient représentés en action. Ils couraient, sautaient, grimpaient, conduisaient, plongeaient, nageaient mais surtout je vivais chaque émotions sur leur visage. Ils étaient mes amis et beaucoup le sont restés !

L’un des problème majeur pour un dessinateur – qu’il soit de BD ou autre – c’est d’avoir un modèle qui soit à sa disposition lorsque le dessinateur en a besoin. Si tu as un(e) ami(e) qui soit disponible à n’importe quel moment, le matin comme le soir, le weekend et les jours fériés inclus, prend soin de lui (ou d’elle) car il (elle) est un(e) ami(e) précieux(-se) pour toi. Et comment faire lorsque l’on est seul(e) ? Il te reste un unique ami et C’EST TOI ! Tu vas pouvoir te servir de ta propre image – dans le miroir ou avec un selfie – pour dessiner.

C’est donc ce que j’ai fais, j’ai puisé dans mon stock de photos pour en extraire un portrait de moi en vacances l’été ce qui explique la casquette sur la tête et les lunettes de soleil sur le nez. Il y a plusieurs avantages à se dessiner soi-même c’est que l’on se connait bien, puisque l’on se voit tous les jours dans le miroir de la salle de bains. Le second avantage de faire un autoportrait c’est de ne pas se fâcher avec soi même si le portrait est loupé et tourne à la caricature 😉

Mon tracé sur la photo ressemble un peu à l’image dans le “viseur d’un fusil à lunette” mais les lunettes sont sur mon nez et pas pour le fusil ! En fait ce tracé m’a aidé à construire le dessin de mon portrait. Le “module” qui m’a servi – cette fois-ci – est la hauteur de l’oreille qui correspond à la hauteur entre la ligne des yeux et la ligne de la bouche. Cette hauteur d’oreille tu vas la retrouver 3 fois sur la hauteur du portrait:

  • 1 fois des sourcils au sommet de la tête
  • 1 fois de la ligne de la bouche au sourcil
  • 1 fois du dessous du menton jusqu’à la ligne de la bouche
  • et 2 fois sur la largeur de la tête (en position de 3/4)

En croisant les lignes qui partent des extrémités cela facilite grandement le placement du nez, des lunettes et de la ligne des moustaches. Tu peux si tu le souhaites prendre d’autres repères mais multiplier les lignes de tracés ne va pas obligatoirement t’offrir beaucoup plus d’aide. En réalité il vaut mieux 2 ou 3 lignes judicieusement placées plutôt que 10 lignes positionnées n’importe où sur la photo. Tu as des yeux pour voir et un cerveau pour réfléchir, c’est tout ce que tu as besoin – avec une feuille de papier et un crayon – pour dessiner !

“Se coucher tard nuit”… Phrase percutante due à “ce clown drolatique” de Raymond Devos qui jongle aussi bien avec les mots qu’avec des balles. Pourquoi est-ce que je te dis cela ? Parce que je suis littéralement entrain de dormir devant mon écran en rédigeant ce court article (la fatigue étant une des raisons de sa brièveté, outre le fait que j’ai déjà traité à plusieurs reprises du portrait). Je vais donc faire encore une fois une courte digression comme j’en ai le secret (mais pas l’exclusivité)…

Une bonne qualité de sommeil est indispensable pour réussir tes dessins. Il a été prouvé scientifiquement que la qualité d’un bon sommeil dépend de plusieurs facteurs. Le sommeil ne doit pas être perturbé par un environnement sonore bruyant, ni par une source de lumière vive, pas plus que par celle de la lumière bleutée de ton portable (PC ou smartphone). La pièce où tu te repose doit être régulièrement ventilée pour renouveler l’air que tu respires.

Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément“. Tu as probablement déjà entendu ces paroles de sagesse avant de les lire ici… Dans le cas contraire, relis lentement à voix haute cette phrase pour t’en pénétrer. Un cerveau fatigué a du mal à conceptualiser les idées…

Tout dessin se créé dans le cerveau avant que de se concrétiser sur le papier. C’est d’autant plus vrai pour le dessin d’architecture, où la phase de recherche est importante. L’architecte cherche sur le papier calque les meilleures ajustements possibles, les meilleures imbrications de formes pour optimiser les espaces et les rendre tout à la fois beaux et fonctionnels. Mais il en va de même de tout autre dessin ne fut-ce qu’un “simple portrait” (façon de parler car un portrait n’est pas simple).

C’est aussi vrai en matière d’aquarelle en “technique humide” où la phase d’étude et de préparation sont, au moins, aussi longue – sinon plus – que la phase d’exécution; le papier séchant au fur et à mesure nécessite des gestes précis et rapides… Pas question de s’endormir sur son travail d’où la nécessité d’un bon sommeil. Tu comprends maintenant le pourquoi de ma digression.

Dans cet autoportrait le point focal, comme presque toujours dans un portrait, ce sont les yeux – que l’on devine ici – cachés derrière l’opacité des lunettes de soleil. C’est une zone de forts contrastes qui attire l’œil de l’observateur. De ce fait j’ai déjà expliqué souvent qu’il n’est pas possible d’isoler une valeur dans un dessin – ou une couleur dans un tableau ou une aquarelle – sans l’accompagner par d’autres valeurs identiques.

L’œil doit pouvoir circuler librement dans un dessin ou une composition pour ne pas rester bloqué sur un seul point fut-ce le point focal ! C’est pourquoi il est important de retrouver ça et là des valeurs foncées presque noires dans la chevelure, sur la casquette mais aussi sur le pli de la bouche et sur la narine.

Une partie du visage est dans l’ombre et je traduis cela par un système de hachures obliques, qui par contraste, apporte la lumière sur les zones non traitées, à savoir, le blanc du papier. C’est pourquoi j’ai placé quelques traits sur le front (car la casquette porte ombre) et sur le creux de la joue sous la pommette. Ce faisant je donne un coup de projecteur – tout en évitant les coups de soleil – sur le nez, la joue qui est dans la lumière, la zone qui se trouve au dessus du menton et sous la bouche et un coté du cou.

Voilà je te laisse à présent car je pense que tu as compris le message. Le dessin c’est 40% d’observation attentive, 30% de réflexion, 20% de plaisir à faire passer au bout de ton crayon et seulement 10% de technique. Tu vois rien de bien compliqué en somme. Je te souhaite de beaux portraits et une excellente semaine en attendant de te retrouver très vite pour un nouvel article.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
%d blogueurs aiment cette page :