Si il est un homme qui a bouleversé notre connaissance et notre compréhension des lois de l’Univers c’est bien celui là ! Tout le monde connait son célèbre E = MC² mais que savons nous de son existence ? En regardant sur wikipédia j’apprends qu’il est né à Ulm en Allemagne le 14 mars 1879.

Ses parents sont juifs mais non pratiquants, son père possède une petite usine de matériel électrique. Très tôt le jeune Albert manifeste un vif intérêt pour la science. A cinq ans il est fasciné par l’aiguille aimanté d’une boussole qui revient toujours indiqué la direction du Nord. Pour lui cette attraction magnétique a quelques chose de surnaturel, à douze ans il découvre la “géométrie Euclidienne”, et pendant quatre ans, il apprend en autodidacte le calcul intégral et différentiel (qui furent ma bête noire au lycée).

Ce garçon atypique, qui excelle en mathématiques, ne supporte pas la discipline scolaire et passe pour un élément perturbateur (comme peuvent l’être les surdoués). Il est renvoyé de son école de Munich et décide d’abandonner la nationalité Allemande.

Il intègre l’Ecole Polytechnique de Zurich à 17 ans après avoir échoué une première fois au concours d’entrée, l’année précédente. C’est là qu’il fera connaissance de Mileva (sa 1ère épouse).

En 1900 il obtient de justesse son diplôme car son esprit fantasque et rebelle se plie difficilement à apprendre par cœur ses leçons. II opte pour la nationalité Suisse. Ses débuts son miséreux car il a du mal à se fixer dans un emploi régulier. Il se résout – pour un temps – à rentrer dans l’administration.

Il commence à publier régulièrement le résultat de ses recherches et ses travaux. En juillet 1909 il est fait Docteur Honoris Causa de l’Université de Genève. tandis qu’il enseigne à l’Université de Zurich, puis c’est le tour de l’Université de Prague de le recruter. Désormais il fréquente les célébrités scientifiques comme Marie Curie, Paul Langevin et devient membre de l’Académie des sciences de Prusse.

Au début du vingtième siècle il publie pendant un peu plus d’une dizaine d’années une série d’articles sur la relativité restreinte et la relativité générale qui ne convainc pas tout de suite le petit monde des physiciens. Enfin en 1921 ce sera la consécration avec l’attribution du Prix Nobel de Physique.

Par peur du nazisme bien que pacifiste il n’en rédigera pas moins une lettre au Président Roosevelt pour l’inciter à fabriquer la bombe atomique. Dès la fin de la guerre il se reprochera cette lettre en sommant les USA de renoncer à l’arme atomique. Il est toujours plus facile de commencer une guerre que de l’arrêter…

Installé aux Etats-Unis, il décède à Princeton d’une rupture d’anévrisme à l’âge de 76 ans. N’ayant jamais passé de test sur son intelligence, les scientifiques n’ont pu élaborer que des hypothèses, le situant entre 160 et 180 ce qui en fait un génie absolu !

Portrait d’Albert Einstein

Matériel :

  • Crayon HB
  • Crayon 9B
  • Gomme
  • Carnet de croquis A3
  • La photo qui m’a servie de modèle

Par où commencer le portrait d’Albert Einstein ?

Sans doute connais-tu cette vieille expression “cela se voit comme le nez au milieu de la figure” ? Le nez est une bille autour de laquelle “tourne” le visage, un peu comme les planètes de notre système solaire tournent autour du soleil.

Je me suis inspiré d’une photographie célèbre pour dessiner ce portrait d’Albert Einstein et j’ai commencé par chercher l’arrondi du nez. Après quoi j’ai tracé l’arrête, entre ombre et lumière, puis la narine pour enfin dessiner l’œil gauche légèrement tombant.

L’homme est dans sa pleine maturité, il ne faut donc pas minimiser les cernes qui sont les témoignages importants du passage du temps sur la vie. Ces marques ne doivent pas être exagérées mais pas non plus ignorées.

Le point focale de cette photo et ce qui en fait le signe distinctif est… LA LANGUE !

Voilà un homme au génie incontestable (et incontesté) qui se moque du photographe, de celui qui observe la photo et de la postérité. Albert est un enfant… Et c’est ce qui le rend sympathique et attachant: Il ne se prend pas au sérieux. “Life is a game” semble nous dire cette image… But take it seriously !

Et voilà une autre démonstration intéressante… Tu dois chercher – et trouver – la ressemblance d’un portrait dès les premiers traits de crayons. Je te l’ai dis, pour moi, le point focale de la photo est positionné sur la langue, j’ai donc légèrement exagéré sa longueur un peu plus courte sur la photo.

Pour autant il me semble qu’avec seulement quelques éléments comme le nez, un œil, la moustache, la bouche et la langue, le personnage est immédiatement identifiable pour qui connait la photographie dont je me suis inspiré. Cela montre qu’il n’est pas nécessaire de toujours tout dire dans un dessin mais qu’il faut aller à l’essentiel !

Pour ton information, je n’ai pris aucune mesure précise, mon seul outil a été mon œil.

Il faut d’abord observer chaque détail seul et, ensuite, chaque détail par rapport à l’ensemble des traits du portrait. C’est de cette longue observation attentive que va naître la précision et la ressemblance de ton dessin.

Une seconde caractéristique chez Albert Einstein est sa “tignasse” d’artiste qui tranche singulièrement avec le milieu policé, rigoureux, aseptisé et froid de la recherche scientifique. Plus généralement le cheveux est court et bien entretenu, ce qui dénote un sens de l’ordre et de la méthode chez beaucoup des gens de sciences exactes.

Parfois en voyant quelqu’un dessiner, ou en lisant certains commentaires, je peux savoir – sans trop me tromper – que j’ai affaire à un matheux (scientifique, ingénieur, prof de physique, mathématicien, informaticien) plutôt qu’à un littéraire… Il est difficile de se départir d’une certaine rigueur qui se traduit dans la tenue du crayon ou dans la façon d’écrire et de penser le monde.

Il m’a fallut un certain temps à désapprendre la précision du trait de l’architecte pour trouver plus de spontanéité dans mes dessins. Le dessin n’est pas inné mais acquis, il s’apprend, et nous mettons beaucoup plus de temps à trouver notre propre écriture plutôt qu’à acquérir de nouvelles connaissances et de nouveaux savoirs.

Picasso disait qu’il avait mis longtemps à apprendre à dessiner comme un enfant… C’est à dire à retrouver la joie de la création en se défaisant des contraintes de la technique !

Dernière étape du portrait d’Albert Einstein:

Elle consiste à mettre en place les derniers éléments du portrait tout en vérifiant la cohérence générale du dessin… Les yeux sont-ils à la bonne place ? Le front est-il trop bas ou l’implantation des cheveux trop haute ?

J’aime le dessin réaliste mais je n’aime pas le dessin hyper-réaliste qui est beaucoup trop semblable à la photographie. C’est techniquement et esthétiquement parfait mais sans âme, du moins je le ressens ainsi. Dans un autoportrait de Rembrandt il y a de la vie et de la bonne humeur, cette même joie de vivre que j’essaye de transmettre dans ce portrait d’Albert Einstein. Ai-je réussi ? A toi de me le dire en commentaire…

Toutefois avant de te quitter il reste à vérifier l’exactitude de mon dessin en le superposant à la photo d’origine afin de voir ce qui “colle” et ce qui “cloche”…

Dans l’ensemble ce n’est pas trop mal: Les yeux sont à la bonne place, les proportions et la forme du visage sont bonnes, seul petit bémol avec la position du nez pas tout à fait en place (et qu’une observation plus rigoureuse aurait pu corriger).

Quant à la langue plus grande, c’est normal puisque c’était le parti pris voulu au départ. D’autant qu’une langue est rétractile et peut – plus ou moins – rentrer ou sortir de son habitacle naturel (la bouche).

Autre léger point de “dissonance” avec les sourcils mais là encore dans un visage les sourcils sont mobiles et peuvent être haussés ou froncés, et donc bouger selon les expressions du visage. Cette position des sourcils est donc un élément secondaire dans la ressemblance du portrait.

Voilà ici s’achève ce nouveau rendez-vous avec toi, et en attendant d’avoir le plaisir de te revoir, je te souhaite de passer d’excellentes journées à dessiner (ou pas…). A très bientôt et n’oublies pas de partager cet article avec tes ami.e.s si tu l’as aimé.

Vues : 18

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.