inspiration photo

Et voilà ce que beaucoup d’artistes redoutent qui est la panne d’inspiration… Elle guette chacun de nous, jeunes ou vieux, expérimentés ou débutants. Un jour elle surgit sans crier gare et s’installe chez toi pour un long moment parfois. Alors comment la chasser et éviter qu’elle ne revienne au galop ? Dans ce nouvel article je vais te donner une astuce pour trouver l’inspiration.

D’abord comment et pourquoi sommes nous en panne d’inspiration ?

  • Une première raison est tout simplement la fatigue nerveuse, cérébrale ou physique. Lorsque notre corps et notre esprit sont parfaitement reposés ils produisent naturellement des endorphines qui luttent contre le stress et l’anxiété. A l’inverse stress et anxiété sont des inhibiteurs qui bloquent le processus de créativité chez l’artiste. Il peut alors se produire un phénomène délétère et pernicieux qui tourne en boucle et peut conduire jusqu’à la dépression. L’artiste – en panne d’inspiration – se trouve en état de stress face à cette situation qui bloque encore plus sa créativité en aggravant la situation “traumatique” du manque d’inspiration. IL FAUT DONC RAPIDEMENT SORTIR DE CET ÉTAT !
  • Une autre cause peut être lié au manque d’imagination. Tout comme les muscles doivent travailler, il nous faut stimuler notre imagination.
  • L’instauration d’une “routine” peut tout à la fois être bénéfique pour certains artistes et tout à fait néfaste pour d’autres. Seule une bonne connaissance de soi-même et de notre façon d’être créatif peut déterminer si il faut ou pas établir un “rituel” pour créer en toute sérénité. Chez un certain nombre de Webmarketeurs la mode est au “miracle morning” qui est basé sur le Best Seller Outre-Atlantique d’Hal Elrod. Idée selon laquelle le bonheur résiderait dans le fait de se lever très tôt pour être plus productif. C’est oublier que notre organisme et notre métabolisme réagissent selon des cycles qui nous sont personnels.
  • A l’inverse s’enfermer dans un “traintrain” quotidien peu à peu va émousser notre envie de faire si nous sommes épris de fantaisie.

TOUT PROBLÈME POSSÈDE SA PROPRE SOLUTION :

  • Il suffit souvent de changer notre méthode de faire les choses pour débloquer le processus de création et retrouver l’inspiration. Je vais te donner un exemple fort simple à comprendre. Si tu peins à l’aquarelle, tu utilises du papier, de l’eau, des pinceaux et de la couleur. Si tu as suivi un stage avec Maryse De May tu sais qu’elle dispose toujours ses couleurs sur sa palette dans le sens de la roue chromatique et qu’elle pose sur le papier d’abord les couleurs les plus claires pour préserver les zones de lumière dans son aquarelle. C’est une routine ou un rituel qui lui convient parfaitement.
  • Imagine toi que tu as adopté cette façon de peindre quand arrive “la panne d’inspiration”… Je te propose alors de casser ton rituel en inversant le processus pour poser d’abord tes zones d’ombres les plus foncées et de terminer par la mise en place de tes lumières. Zut comme tu n’as pas réfléchi à cela avant de commencer tu as oublié de laisser suffisamment de blanc papier pour poser tes couleurs claires, et comme tu travailles avec des aquarelles lumineuses et transparentes c’est fichu… IL FAUT ANTICIPER OU S’ADAPTER. Tant pis pour les puristes mais tu peux réparer cet oubli avec de la gouache qui est opaque et couvrante.
  • Il suffit de changer de technique, changer d’outils (remplacer un pinceau par un bambou taillé, remplacer l’aquarelle par de l’encre de Chine ou du café) pour que l’imagination “reprenne les commandes”.
  • Une autre façon de stimuler notre imagination est de se lancer un défi pour sortir de sa zone de confort. Peindre 10 petites aquarelles petit format 10 x 15 cm. pendant dix jours ou ne peindre que des monochromes bleus pendant deux semaines. Ne dessiner qu’avec des hachures, ou ne faire que des petits points (à la façon des pointillistes).

UNE ASTUCE FACILE :

Nombreux sont les artistes qui possèdent dans des cartons des dessins inachevés ou à peine ébauchés et qui ont finis tristement leur courte vie perdus au milieu de quelques autres. Une panne d’inspiration est le moment propice pour ressortir tous ces dessins inaboutis et soit les compléter soit les assembler en un immense collage. Une paire de ciseaux, de la colle, une grande feuille blanche et tu coupes, colles, ajustes pour composer une nouvelle oeuvre. Les Surréalistes ont joués avec les collages…. Alors qu’attends tu pour être Surréaliste et les imiter. Plus c’est “fou” et plus c’est “fun”… Et cela peut entraîner ton esprit vers des chemins de traverses auxquels en “temps ordinaires” tu n’aurais pas pensé.

Si tu ne veux pas couper tes dessins originaux tu peux très bien utiliser un scanner pour numériser tes dessins et ensuite les manipuler avec un logiciel de traitement d’images comme Photoshop par exemple.

Tout esprit humain, aussi cartésien soit-il, a également besoin – de temps en temps – d’évasion et d’un peu de folie pour transgresser le carcan dans lequel sa rigueur l’enferme.

UN JEU SURRÉALISTE

Une autre façon de procéder avec tes vieux dessins c’est d’en faire un “cadavre exquis”… Quand tu étais enfant peut-être as-tu joué à ces jeux de mots un peu stupides que chacun enchaîne à son tour “Comment vas-tu ? tuyau de poële, poil dans la main, main qui dessine, dessine-moi un mouton…”. Le cadavre exquis procède de la même “folie” en assemblant ensemble des bouts de dessin entre eux pour former un assemblage hétéroclite. Pour cela il faut prendre un dessin, en masquer une partie, et compléter la partie visible par le dessin que cela t’inspire.

Je vais te montrer un exemple car c’est encore le meilleur moyen de me faire comprendre…

Actuellement une certaine fatigue nerveuse et physique me bloque pour avancer et je perds un peu de ma motivation et de mon inspiration… J’ai donc cherché (comme je te le conseille de le faire toi aussi) dans mes anciens carnets de croquis afin de voir si je pouvais en marier quelques-uns pour qu’il donnent naissance à un nouveau dessin. J’en ai sélectionné quelques uns dont un portrait de fillette (photographiée sur une croisière fluviale en Bretagne) et le croquis rapide d’un coin de campagne avec un vieux poulailler. A priori rien de commun entre les deux… et pourtant.

Et voilà qui a donné naissance à “sans dessus-dessous“… J’aime l’idée des deux sens de lecture du dessin qui une fois encadré avec deux attaches au dos du cadre permet lorsque la fantaisie me prend de tourner “l’oeuvre” dans un sens ou dans l’autre. C’EST FACILE, C’EST FUN ET CELA PERMET D’AVOIR DEUX ŒUVRES POUR LE PRIX D’UNE SEULE ! Si cette idée te séduit alors utilise là pour sortir de ta zone de confort, pour booster ta créativité et pour retrouver ta motivation. Du moins c’est le vœux que je formule si tu es en panne d’inspiration.

Je te souhaite de belles réalisations, du plaisir à dessiner, du “fun” et du “peps” dans ta vie, de belles rencontres, des échanges sympas. Bref je souhaite que la vie soit belle pour Toi et autour de Toi. Si cet article te plait, n’hésite pas à le faire connaître à tes amis. A très vite et MERCI de ta visite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com