Bonjour à toi,

T’est-il déjà arrivé – devant la page blanche de ton carnet de croquis ou la toile vierge posée sur ton chevalet – de te dire : «Vraiment aujourd’hui je n’ai aucune idée de ce que je vais pouvoir faire » et finalement tourner les talons et vaquer à d’autres occupations ? Oui ? Alors bienvenue au club ! Tu n’es pas unique dans ton genre, ou plutôt si : Tu es – comme tout artiste ou aspirant artiste – unique car tu es TOI et personne d’autre, mais les doutes, les craintes, les pensées limitantes tu n’es pas seul(e) à les avoir. C’est le cas de pratiquement tout le monde sur cette planète mais certains gèrent cela mieux que d’autres. Alors comment concilier dessin et pensées limitantes ?

D’abord, une première remarque « sémantique », qui va peut-être en fâcher quelques uns mais qu’importe ! As-tu noté que « militant » est l’anagramme de « limitant » ? De là à penser que tout militantisme « enferme » – celui ou celle qui agit pour une cause – dans un système de pensée, je ne suis pas loin de le croire. Certes il est beau de se battre pour la défense d’idées nobles, comme la défense des animaux, ou la protection de l’environnement mais cela mène parfois certains « extrémistes » dans des « impasses jusqu’au-boutiste » qui sectarisent les personnes en les enfermant dans des ghettos de la pensée unique. « J’ai raison parce que “blablablabla” et tous ceux qui ne pensent pas comme moi ont tort et sont des ennemis de la cause que je défends ». Je referme cette parenthèse qui m’éloigne trop du sujet de ce jour.

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai souffert de pensées limitantes qui se sont traduites comme autant d’obstacles que je jugeais insurmontables et qui se dressaient sur ma route: J’étais incroyablement timide – il me reste encore un fond de timidité qui me bloque parfois dans la « vraie vie » (notamment avec les femmes) – alors j’ai fais un certains nombres d’actions pour m’affranchir et abattre ces obstacles. SI TU NE PEUX CONTOURNER UN OBSTACLE, ALORS DÉTRUIS LE ! Souvent cela prend plus de temps et d’énergie à trouver des voies de contournement que d’éliminer les pensées qui nous bloquent.

Pour lutter contre ma timidité plus jeune j’ai décidé de m’entraîner à parler en public et pour cela j’avais suivi l’entraînement à la parole en public de l’américain Dale Carnegie. Je n’ai eu que peu de fois l’occasion de m’exprimer devant un auditoire nombreux mais cela m’a permis de passer le cap du bloquage psychologique qui était le mien… du moins lorsque je reste « dans ma zone de confort ». Ainsi pendant quelques années j’ai accompagné ma bien chère amie, la grande aquarelliste Maryse De May, dans les stages qu’elle prodiguait dans les Salons Internationaux de l’Aquarelle comme ceux de Saint-Yrieix-la-Perche ou de Rochemaure. Il y a eu aussi des déplacements à Strasbourg, Lyon, Toulouse et ailleurs au cours desquels je devais alors m’exprimer devant une vingtaine d’élèves qui sont quarante oreilles à vous écouter et autant d’yeux à vous scruter. Comme je parlais du dessin j’étais dans mon domaine d’expertise et donc le discours était aisé car comme le disait Boileau « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

  • L’un des secrets pour éliminer ou lutter contre les pensées limitantes est donc de bien connaître son sujet !

Il y a quelques années j’avais pensé à m’établir au Canada, dans la région de Vancouver dans la belle province de la Colombie Britannique. A cette époque mon amie Rosie m’avait emmené suivre un stage de développement personnel (PSI Seminar) de 4 jours animés par un instructeur Américain. A la difficulté linguistique s’ajoutait celle de lutter contre la peur de l’échec et du jugement d’autrui et puis, pour dire la vérité, je pensais qu’il s’agissait d’une secte… Il y a une quinzaine d’année, nous français, n’étions pas très familier avec ces « grandes messes » où s’exprime des motivateurs comme Tony Robbins, ou T. Harvey Eker (Millionaire Mind) qui aujourd’hui avec le net nous sont mieux connus. Anyways I dit it and get my aknowledgement (Je l’ai fais et obtenu mon “parchemin”) !

Ai-je déverrouillé tous mes blocages ? Non, bien évidemment il m’en reste encore beaucoup comme ma réticence à me montrer en vidéo alors que les plus jeunes sont habitués aux selfies, quitte à s’exhiber, à se photographier et se filmer en toutes circonstances qui parfois frôle le ridicule mais qu’importe… Il ne fait aucun doute que cet excès de confiance en soi vaut mieux que de « se cacher derrière ses cheveux » comme je le fais encore (j’ai toujours eu des cheveux longs depuis mon adolescence). Je plaisante quoique…

MÉDITATION ET RELAXATION:

Les pensées limitantes peuvent être source de stress et le stress peut donner naissance à des pensées limitantes. Une façon de lutter contre ses pensées négatives est donc de se relaxer en pratiquant la méditation. Nombreux sont les bienfaits d’une telle pratique qui en relâchant les tensions intérieures libèrent l’esprit de ses entraves. Un esprit apaisé est un esprit clair qui aide à la création pour l’artiste. Une pratique régulière de la méditation va donc permettre de tarir, peu à peu, le flux des pensées négatives et limitantes.

Tu peux accompagner tes relaxations ou tes méditations de la VISUALISATION. Une bonne visualisation doit être la projection mentale la plus réaliste possible. Par exemple tu t’imagines entrain de dessiner parfaitement le portrait que tu aimerais réaliser de ton poisson rouge “bubulle” ou de ton vieux chat “Pristi”. Tu te vois prendre ton bloc de dessin et ton crayon, tu imagines la pression de tes doigts sur le crayon, la mine glissant sur le papier. Par où commences tu ton dessin ? La silhouette ? La tête ? Regarde comme ta main est habile à tracer les courbes. Peu à peu tu vois ton dessin se construire sur la feuille blanche de ton mentale. TU RESSENS DU PLAISIR. Tu es calme et détendu(e): Tu te sens bien, TU ES BIEN et tu réussi un beau dessin !

POSITIVE TA VIE:

Outre les craintes de la page blanche, il y a également les pensées limitantes qui chuchotent à l’oreille de chacun : « C’est trop difficile, ce n’est pas pour moi, je n’y arriverais jamais, je ne peux pas le faire, je ne sais pas le faire »…

A chaque réticence et obstruction de tes pensées négatives je te propose de lui substituer une pensée ou une affirmation positive. Ainsi je te propose de dire :

  • Si c’est compliqué, c’est parce que c’est plus intéressant pour moi !
  • Je peux le faire parce que je veux réussir !
  • Je vais apprendre comment faire pour le faire !
  • Mon dessin n’est pas parfait mais j’ai le mérite de dessiner !
  • Tous les Maîtres avant de maîtriser leur Art étaient des apprentis !
  • Et cet adage de Jacques Cœur «  A cœur vaillant rien d’impossible » !
  • « Impossible » n’est pas un mot qui figure dans mon vocabulaire !
  • OUI JE VEUX, ALORS JE PEUX !
  • Je peux parce que je veux !
  • Dessiner n’est pas plus difficile que de respirer et je respire sans difficulté !
  • Croire c’est pouvoir, JE CROIS QUE JE PEUX DESSINER !
  • Je dessine ce que j’aime et J’AIME CE QUE JE DESSINE !

  • DESSINER EST FACILE, la preuve je sais écrire « DESSIN » en posant mon crayon sur le papier parce que mon cerveau commande à ma main !
  • Dessiner c’est oublier mes problèmes le temps de mon dessin !
  • Dessiner ne me fait pas peur car dessiner c’est vivre: LE DESSIN C’EST LA VIE !
  • Je vis parce que je dessine et je dessine parce que je suis vivant !
  • Il est important que je me fasse plaisir car qui le fera à ma place ?
  • Montrer c’est démontrer !
  • Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours !
  • Le dessin comme la musique sont des langages compris de tous !
  • Dessiner me rend heureux…
  • J’aime dessiner !
  • Je ne risque rien car si je rate mon dessin, ce n’est que du papier.
  • C’est en dessinant que j’apprends à dessiner.
  • Plus je dessine et plus je progresse, et plus c’est facile de dessiner !
  • Sois conscient de tes faiblesses pour en faire des forces !
  • Ne crois pas que tu peux le faire: Fais le: DESSINE !

 

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point » dit le fabuliste dans le “Lièvre et la Tortue” ce qui, rapporté au dessin, pourrait se traduire par « avant de vouloir peindre et exposer, commence par apprendre à dessiner » ! Les pensées limitantes sont mutilantes: Elles coupent en toi ce qu’il y a de meilleur comme ta créativité, ta spontanéité, ton inventivité. Quel visage de toi même préfères tu donner à ton entourage ? Quelqu’un de généreux, de créatif, d’ouvert sur les autres ou au contraire quelqu’un de renfermé, taciturne, peu communiquant, peu créatif, égoïste et sans esprit d’initiative ? N’ouvre pas la porte aux pensées limitantes: Laisse les en dehors de toi…

Illustration modifiée d’après photo libre de droit sur Pixabay.com

Pour réussir cela tu dois avoir CONFIANCE en toi, en tes possibilités, et si tu ne te fais pas confiance au moins fais confiance à ton destin. La chance se fabrique par des pensées positives. Tu dois devenir un aimant pour la chance. Au fait as tu remarqué aussi que le mot AIMANT est commun aux verbes AIMANTER (attirer) et AIMER. Ceci n’est pas uniquement le fait du “hasard” ou de l’étymologie mais tient aussi au fait que les mots sont des vibrations puissantes dans l’Univers. Le mot AMOUR est un mot dont la vibration est forte. L’amour n’est-il pas une attirance pour quelqu’un ou quelque chose ? Nous parlons bien de loi d’attraction. Tu connais probablement ces adages populaires “Qui s’assemble se ressemble” ou encore “Les semblables s’attirent et les contraires se repoussent“. Le bon sens populaire avait compris que la chance va à la chance, c’est à dire que les pensées positives génèrent tôt ou tard des résultats positifs.

La réussite ou le succès attirent la confiance et inversement l’échec entraîne une perte de confiance (en soi, en l’autre) donc pour augmenter tes chances de réussir il faut graduer ta progression en allant du plus simple vers le plus compliqué. Tu peux franchir une hauteur de 3,50 m. (trois mètres cinquante) en une seule fois si tu empruntes un escalier d’un vingtaine de marches mais tu auras d’énormes difficultés à franchir cette même hauteur avec seulement une ou deux marches. Commence par des petits formats et des sujets simples (“une pomme, une poire,… et pas de scoubidous, bidous”… les anciens comprendront ma référence) avant de vouloir dessiner comme Léonard de Vinci. Tu as probablement des sujets que tu préfères comme les fleurs ou les animaux (chats, chiens,…) alors dessine ce que tu aimes et tu vas aimer tout ce que tu dessines.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui… Je t’invite à relire cet article avec un crayon à la main et de prendre quelques notes sur les points qui semblent importants pour toi, les affirmations positives qui te parlent, et de les METTRE EN ACTION ! En attendant de nous revoir prochainement je te souhaite une EXCELLENTE semaine. A très vite sur ce blog.


Si cet article te plait, partage-le autour de toi ! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
%d blogueurs aiment cette page :